Accès direct au contenu

  1. 11h00 Mercato - OM : Voilà à quoi il faut s’attendre avec Igor Tudor, priorité pour remplacer Sampaoli
  2. 10h45 Transferts - OM : La terrible annonce de Longoria en privé sur le mercato estival
  3. 10h35 NBA : En plein trade, Rudy Gobert s’amuse sur les réseaux sociaux
  4. 10h30 Mercato - PSG : Neymar rêve du FC Barcelone, ils vont avoir encore mieux
  5. 10h15 Mercato - PSG : Le Mondial au Qatar relance le transfert de Neymar
Tennis

Après le coup de gueule du clan Nadal, la polémique enfle

Alors que l’ATP a décidé d’autoriser le coaching depuis les tribunes à partir du 11 juillet prochain, la décision est très loin de faire l’unanimité. Si l'entourage de Rafael Nadal a déjà fait part de son mécontentement, c’est un autre joueur bien connu de la planète tennis, Nick Kyrgios, qui fustige cette nouveauté.

C’est une réforme historique que va mettre en place l’ATP à partir du lundi 11 juillet prochain. Dès le lendemain de la finale de Wimbledon, le coaching depuis les tribunes sera légalement autorisé pour les joueurs et leurs entraineurs. Il s’agit en fait d’une période d’essai, qui s’étendra jusqu’à la fin de la saison actuelle, y compris lors du Masters de Turin, afin de pouvoir ensuite affiner les détails de cette nouvelle règle. Pourtant, ce ne sera pas la première fois qu’un tel phénomène aura lieu : depuis des années voire des décennies, les stars de la balle jaune n’ont cessé de recevoir des conseils et indications de la part de leurs entraineurs pendant leurs matchs, à travers quelques gestes ou mots plus moins discrets. Cette décision de l’instance mondiale du tennis masculin vise donc à réguler la manière des coachs à adresser leurs consignes, et devrait profiter à plusieurs figures du circuit comme Stefanos Tsitsipas, habitué à communiquer en douce avec son coach alors qu’il est sur le court. L’ATP a d’ailleurs précisé les modalités du coaching : interdit pour les entraineurs de se rendre sur le terrain, comme c’est le cas en Coupe Davis. En revanche, ils auront une place qui leur sera spécialement réservée dans les gradins. Les coachs pourront parler à leur joueur uniquement lorsque celui-ci sera du même côté, et ne pourront prononcer que de courtes phrases, sans que la partie ne soit interrompue ou que l’adversaire soit gêné. Si le joueur quitte le cours (pour se faire soigner ou pour aller aux toilettes notamment), la communication ne sera pas non plus autorisée. Malgré cet encadrement, la décision fait débat.

«Je suis en total désaccord»

Dans le monde du tennis, de nombreux acteurs ont réagi à cette annonce de l’ATP. Une annonce critiquée par l'entourage de Rafael Nadal. Carlos Moya a effectivement assuré ne pas être « très favorable au coaching. Ce qui fait du tennis un sport spécial, c'est que c'est le seul sport où l'on est seul contre l'autre, sans l'aide de personne. (...) Pour moi, il est fondamental que le joueur pense par lui-même, le travail de l'entraîneur est déjà fait. C'est comme un examen, le professeur peut vous aider, mais une fois l'examen commencé, vous êtes seul. Le travail de l'entraîneur doit être fait avant le match, le joueur doit maîtriser toutes les variations, parce qu'ensuite il se passera des choses qui n'étaient sûrement pas prévues dans le scénario. En ce sens, je suis totalement contre le coaching. » Cette nouvelle règle est saluée par Patrick Mouratoglou, mythique coach, entre autres, de Serena Williams, mais alors que le Français a fait part de sa joie quant à la mise en place du coaching, Nick Kyrgios, autre personnage bien connu de la petite balle jaune, ne s’est pas gêné pour lui répondre : « Je suis en total désaccord » a rétorqué le fantasque australien sur Twitter. « [L’autorisation du coaching] fait perdre l'une des seules caractéristiques qui rendent ce sport unique. Le joueur devait trouver seul un moyen de s'en sortir. C'était toute la beauté du tennis. Que se passe-t-il si un joueur important affronte un autre mon bien classé qui ne peut pas se permettre de voyager avec un coach ? » a-t-il ajouté. Si le joueur de 27 ans est du même avis que le clan de « Rafa », pas certain que la réaction négative de ces protagonistes ne change la décision de l’ATP.

Articles liés