Accès direct au contenu

Un Français président

La voie royale pour todt

Comme prévu, l'ancien mentor de Michael Schumacher succède à Max Mosley au poste de président de la FIA. Pour une rupture tranquille.

Depuis 9h30, ils étaient tous là. A l'hôtel Westin, à Paris, les membres de l'assemblée générale de la FIA ont procédé au vote pour désigner le nouveau président de la FIA. Alors, Ari Vatanen, l'ancien pilote, génie du rallye et même du rallye-raid (4 Dakar remportés). Ou Jean Todt, l'ancien directeur de l'écurie Ferrari, grand artisan des six titres de pilotes de Michael Schumacher et huit titres constructeurs de la Scuderia, et le patron plus lointain d'un team Peugeot qui avait dominé le monde du rallye au milieu des années 80.

La décision est tombée peu après 13h, sans grande surprise : Jean Todt est le nouveau patron de l'instance automobile internationale. Sa réputation de manager de talent et de bosseur sans limites n'est certes plus à faire. Mais si les compétences suffisaient, cela se saurait? L'avantage du Français réside dans sa proximité d'opinion avec le patron actuel, le contesté Max Mosley, et son souci de privilégier la F1. De ce fait, ses soutiens, haut-placés, se sont probablement révélés décisifs au moment du vote. Et comme Ari Vatanen, bien que communicant brillant, incarnait un virage un peu trop important. Le sondage de l'Equipe annonçant 82% des intentions de vote en faveur de l'ancien boss de la Scuderia Ferrari demandaient confirmation. C'est chose faite.