Foot
Courbis et le Sète « confiants » après le passage devant le CNOSF

Quelques jours après les Girondins de Bordeaux, c’est au tour du FC Sète de saisir le CNOSF suite à une rétrogradation administrative prononcée par la LFP. Contacté par le10sport.com, Rolland Courbis, conseiller du club héraultais, semble confiant pour une issue favorable à ce dossier.

Quelques minutes après le passage du FC Sète devant le CNOSF, afin de demander le maintien du club en National, Le 10 Sport a contacté Rolland Courbis, conseiller du club et acteur impliqué dans le projet héraultais. L’ancien entraîneur de l’OM et de Bordeaux indique que le passage devant la commission c’est « bien passé, tout à fait normalement. On attend désormais la réponse avec beaucoup d’espoir et de lucidité ».

Après avoir émis un avis favorable au maintien des Girondins de Bordeaux en Ligue 2, le CNOSF doit se prononcer pour ou contre la rétrogradation administrative du FC Sète en Nationale 2. Pour Rolland Courbis, ce n’est pas envisageable : « Je n’imagine même pas la conciliatrice, Madame Christine Maugüé, une personne intègre, juriste reconnue comme étant très compétente, je n’imagine pas un seul instant qu’elle puisse être influencée par la DNCG et sa sévérité. Même si on peut comprendre que Bordeaux et Sète sont deux dossiers différents, il y a des raisons d’avoir autant d’espoir que les Girondins. Notamment parce que Sète n’est pas descendu sportivement, à la différence de Bordeaux. Sète n’a pas l’ombre d’une dette. Il y aura deux poids, deux mesures ? Je n’y crois pas un seul instant ».

« Sète n’a pas un euro de dette »

Dans les faits qui sont reprochés au FC Sète, il y a une gestion financière et administrative trop instable pour envisager un avenir en National. Mais pour Rolland Courbis, le club sétois a en effet commis des erreurs, aujourd’hui réparées : « Nous avons bien compris que la DNCG avait sanctionné, voire même puni, le Football Club de Sète et nous comptons justement que la conciliatrice considère cette punition comme trop sévère. L’année a été effectivement compliquée avec un changement d’entraîneur, de dirigeants et les aléas d’une saison qui sont toujours particulier. Mais il y a aussi eu un énorme travail sur les trois derniers mois pour tout reprendre. Ce travail a disparu ? Aujourd’hui, tout est rentré dans l’ordre. On a donc un FC Sète qui n’a pas un euro de dette, de problème de faillite ou dépôt de bilan. Je me suis personnellement renseigné auprès des personnes faisant partie du Comex. Du côté du Comex, j’ai compris qu’on attend de donner le même résultat que les Girondins de Bordeaux. Je suis donc logiquement confiant ».

Articles liés