Foot - Mercato - PSG
PSG : L' annonce de l’ASSE sur l’arrivée de Christophe Galtier

Ami de Christophe Galtier après son passage à l’AS Saint-Étienne, Bernard Caïazzo n’affiche aucun doute concernant sa future arrivée au PSG. Dans des propos accordés au Parisien, le président du conseil de surveillance des Verts estime même que le technicien français permettra au club de la capitale d’aller décrocher la première Ligue des champions de son histoire. 

Tout est bouclé, il ne manque plus que l’officialisation. Mauricio Pochettino sera démis de ses fonctions d’entraîneur du PSG dans les prochaines heures tandis que Christophe Galtier, dont le départ de l’OGC Nice a été officialisé cette semaine, va lui succéder. Après avoir officié du côté de l’ASSE, au LOSC et donc chez les Aiglons, le technicien français de 55 ans s’apprête à entamer le plus gros chapitre de sa carrière. Un choix qui ne fait pas l’unanimité, puisque certains observateurs estiment que Christophe Galtier n’a pas les épaules pour entraîner le PSG. Un avis que ne partage pas Bernard Caïazzo, dans des propos accordés au Parisien.

« Non seulement Christophe va faire l’affaire, mais cette Ligue des champions après laquelle court le PSG, c’est lui qui va la ramener ! »

« Et bien qu’ils s’interrogent et ne soient surtout pas dithyrambiques à son sujet, confie le président du conseil de surveillance de l’AS Saint-Étienne et ami de Christophe Galtier. Ça laissera une place encore plus grande aux bonnes surprises. Car je vous l’annonce, non seulement Christophe va faire l’affaire, mais cette Ligue des champions après laquelle court le PSG, c’est lui qui va la ramener ! »

« Quand il est parti, quelque chose en moi s’est brisé »

Aux yeux de Bernard Caïazzo, Christophe Galtier a non seulement le profil pour s’imposer au PSG mais également pour tirer le meilleur de ses joueurs, et ce malgré les stars présentes dans l’effectif. « Vous connaissez beaucoup d’entraîneurs capables de tirer 150 % de tous leurs joueurs ? Quand on a un coach de ce niveau-là, qui se fait une religion de progresser tous les jours, qui conjugue l’exigence au plus que parfait et a de telles valeurs humaines, que peut-on demander de plus ? Quand il est parti, quelque chose en moi s’est brisé, je savais que ce ne serait plus jamais pareil », regrette encore aujourd’hui le président du conseil de surveillance de l’ASSE.

Articles liés