Accès direct au contenu

Foot - Mercato - Barcelone

Mercato - Barcelone : Après le départ de Bartomeu, Koeman se livre sur son avenir au Barça !

Alors qu’il a été choisi par Josep Maria Bartomeu pour succéder à Quique Setién cet été, Ronald Koeman pourrait maintenant voir son avenir au FC Barcelone s’écrire en pointillés avec la démission du désormais ex-président barcelonais. Cependant, le technicien néerlandais ne s’est pas montré plus inquiet que ça sur la question.

Après la course au titre perdue en Liga et une terrible humiliation 8-2 en Ligue des Champions face au Bayern Munich, le FC Barcelone a pris la décision de limoger Quique Setién, pourtant arrivé sur le banc catalan l’hiver dernier. Et pour remplacer l’ancien technicien du Real Betis, Josep maria Bartomeu a alors choisi de nommer Ronald Koeman, qui occupait jusque-là le poste de sélectionneur des Pays-Bas. Sous la houlette du néerlandais, une petite révolution s’est produite dans l’effectif du Barça avec les départs de certains cadres, notamment Luis Suarez (Atlético de Madrid) et Ivan Rakitic (Séville FC). Cependant, désormais, le très contesté Josep Maria Bartomeu n’est plus le président du FC Barcelone. Celui-ci a en effet décidé de démissionner plutôt que de laisser s’organiser un vote de confiance les 1er et 2 novembre prochain. Une décision justifiée par le contexte sanitaire, l’homme d’affaire barcelonais jugeant que ce vote ne pouvait pas s’organiser en toute sécurité pour les socios du Barça.

« Je n'aime pas parler des candidats individuellement »

Ainsi, le FC Barcelone n’a désormais plus de président. Selon les règles en vigueur, un nouveau président sera élu d’ici 90 jours, donc en janvier prochain au plus tard. Seulement voilà, après le départ de Josep Maria Bartomeu, toute la question est de savoir ce qu’il adviendra de Ronald Koeman, le coach qu’il a choisi de nommer. Il faut dire que certains candidats ou pré-candidats à l’élection présidentielle des Blaugrana n’ont pas caché qu’ils avaient déjà une idée de leur futur entraîneur. Par exemple, Victor Font n’a de cesse de ne jurer que par Xavi, à qui il aimerait confier les rênes de son projet. À l’inverse, Toni Feixa a fait savoir que Ronald Koeman terminerait son mandat de deux ans au FC Barcelone s’il venait à être élu. Par conséquent, Ronald Koeman a logiquement été interrogé sur ses préférences en vue de cette élection en conférence de presse ce vendredi, à la veille du match opposant les Blaugrana à Alavés en Liga ce samedi. Cependant, le Néerlandais n’a pas voulu entrer dans ce jeu politique. « Je n'aime pas parler des candidats individuellement, nous verrons ce qui se passera. Mon travail n'est pas d'être heureux ou malheureux, que quelqu'un veuille changer les choses ou non. Je suis ici pour le club et pour gagner des choses et le plus important est de gagner demain », a lâché Ronald Koeman dans des propos rapportés par Mundo Deportivo.

« Je suis concentré sur mon travail »

Quoi qu’il en soit, Ronald Koeman pourrait bien voir son avenir à la tête du FC Barcelone être menacé. Le départ précipité de Josep Maria Bartomeu, dont le mandat devait initialement s’achever en juin prochain après une élection en mars, pourrait avoir une incidence directe sur son avenir. Néanmoins, l’entraîneur de 57 ans a confié ne pas être inquiet de sa situation personnelle à l’heure actuelle, sa seule préoccupation étant d’obtenir de bons résultats avec le Barça. « Si je m’inquiète ? Je ne sais pas. Ce n'est pas de mon ressort. Je suis l'entraîneur de ce club et je travaille dur pour faire avancer l'équipe, obtenir de bons résultats et remporter des titres. C'est ce que l'entraîneur et les joueurs doivent faire. Et les autres attendent les changements. Je ne suis pas nerveux et je suis concentré sur mon travail. C'est comme ça. A partir d'aujourd'hui et jusqu'aux élections, il y a des candidats qui parlent, qui disent des choses sur leurs projets et nous verrons qui sera le président à l’avenir », a ajouté Ronald Koeman. À lui de réussir à obtenir de bons résultas pour convaincre les éventuels sceptiques et ainsi sauver son poste si un candidat ou pré-candidat non acquis à sa cause à l’heure actuelle venait à être élu.

Articles liés