Accès direct au contenu

Foot - Mercato - ASSE

Mercato - ASSE : Voilà pourquoi la vente de l'ASSE est un dossier crucial pour Romeyer et Caïazzo !

Président du Directoire de l'ASSE, Roland Romeyer espère vendre la formation avant le mois de janvier. Mais ce dossier ne cesse de traîner en longueur, alors que les difficultés s'accumulent pour le club du Forez.

Les Verts sont dans le rouge. Au niveau sportif, le bilan est catastrophique, avec aucune victoire enregistrée depuis le début de la saison en championnat. Et au niveau financier, le bilan est tout aussi mauvais comme l’explique Xavier Thuilot, ancien directeur général de l’ASSE : « Tous les clubs se sont mis dans le rouge en se disant "ce n'est pas grave, on vient de signer pour 4 ans à 1,3 milliard, on va se refaire la cerise plus tard". Et puis patatras : Covid ! Moins 50% sur le trading. Et la L1 qui est le seul championnat qui s'arrête. Canal + refuse de verser 250 millions d'euros pour un spectacle qui n'a pas lieu. Et dans la foulée, Médiapro dit qu'il ne va plus payer. A l'arrivée, les droits TV baissent aussi de 50% par rapport à ce qui était prévu. Ces deux facteurs combinés avec la prise de risque anticipative font que beaucoup de clubs sont en difficulté (…) Un fonds peut refinancer plus facilement, même si on a vu qu'à Bordeaux ce n'était pas toujours le cas. Les personnes physiques doivent amener des garanties personnelles. Saint-Etienne s'est donc retrouvé parmi les clubs les plus exposés. A partir de là, quand vous combinez tout cela, quand le monde s'écroule autour de vous, il faut trouver vite vite vite des ressources et freiner les dépenses ». Et les ressources pourraient provenir d’un nouvel actionnaire, attendu depuis plusieurs mois dans le Forez. En effet, Roland Romeyer et Bernard Caïazzo ont mis l’ASSE en vente en avril dernier et ont mandaté le cabinet KPMG pour sélectionner les meilleurs projets.

« C'est un fait reconnu que Bernard et Roland n'ont pas la même personnalité, mais... »

Si les deux dirigeants ont la même envie de passer la main, ils s’opposent frontalement sur l’identité du prochain homme fort des Verts. Comme l’explique But Football Club, Bernard CaIazzo privilégierait un projet d’envergure international, tandis que Roland Romeyer n’aurait aucun mal à confier le club à des investisseurs français comme Olivier Markarian, ancien PDG de Markal. « C'est un fait reconnu que Bernard et Roland n'ont pas la même personnalité -explique Xavier Thuilot dans un entretien à Poteaux Carrés - Quand on s'associe en affaires, il n'y a jamais de jumeaux, ça n'existe pas. Le fond du problème n'est pas là. Il y a des entreprises dirigées par des gens qui ne sont pas majoritaires et ça se passe très bien. Le majoritaire laisse faire le minoritaire parce qu'il a les compétences. Ce n'est pas qu'une question de rapport de forces. La bonne gestion est une question de compétence ! Le reste, c'est de la littérature ... le côté émotionnel, "je t'aime moi non plus", ça alimente les médias parce que c'est du football ! Mais ça n'existe pas au quotidien. Je ne dis pas que ça n'a pas d'influence mais les décisions finales ne sont pas basées sur ça ! ».

« Si le club pourra s’en sortir avant la fin de la saison sans une vente ? Je ne sais pas »

Alors que le club a reçu plusieurs candidatures, le processus de vente traîne en longueur. Pourtant, Roland Romeyer avait émis le souhait de boucler ce dossier avant le début du mois de janvier. Et comme l’explique Xavier Thuilot, l’ASSE aurait bien besoin d’un coup de boost, même si le club a été bien géré ces derniers mois, passant sans encombre l’obstacle DNCG : « Si le club pourra s’en sortir avant la fin de la saison sans une vente ? Je ne sais pas. Cela va très vite vous savez, et je n'ai pas vécu les six derniers mois de la saison dernière. J'ai eu l'impression vu de loin qu'ils avaient bien maîtrisé l'équilibre entre les finances et le sportif. L'exercice au 30 juin semble avoir été comptablement maîtrisé, il n'y a pas eu de sanctions de la DNCG. Après, la situation est structurelle. Vous brûlez beaucoup d'argent en masse salariale et les recettes restent faibles. Vous pouvez avoir un bon résultat comptable et tirer la langue en trésorerie. Comme beaucoup de clubs, l'ASSE est dans cette situation et cherchera à vendre des joueurs pour pouvoir survivre ». La vente de l'ASSE pourrait donc permettre au club de se donner un bol d'air, après plusieurs années délicates.

Articles liés