Accès direct au contenu

Foot - OM

OM : Après Domenech, Longoria reçoit une autre réponse après ses propos polémiques !

Avec sa dernière interview dans la presse espagnole, Pablo Longoria ne s’est pas fait que des amis. Et après Raymond Domenech, c’est Hubert Fournier, directeur technique national, qui a tenu à répondre au président de l’OM. 

Arrivé en France et à l’OM il y a un peu moins d’un an, Pablo Longoria a dressé un constat acerbe concernant la formation française, pointant notamment du doigt les entraîneurs de l’Hexagone. « En France, il n’y a pas de modèle français du jeu. Objectivement, si l’on analyse l’ensemble du globe, c’est l’un des pays qui exporte le moins d’entraineurs. Ils ne vendent pas d’idées collectives. Mais individuellement, c’est la formation qui exporte le plus de joueurs car le joueur français continue de jouer dans la rue, notamment dans de nombreux quartiers de Paris, Marseille et Lyon. Là, les enfants continuent à jouer dans la rue et cela signifie qu’ils ont une formation individualiste qui les aide à faire une différence, mais ils ne sont pas formés pour s’intégrer dans un modèle de jeu », a assuré Longoria pour El Pais. De quoi en interpeller certains, à commencer par Raymond Domenech. Et le président de l’UNECATEF est monté au créneau, lâchant ce mercredi : « Non, Mr Longoria, l’entraîneur français n’est pas « sans concept concret ». Vous venez de reprendre le flambeau de la critique envers les entraîneurs français chère à tous nos détracteurs. Nous savons tous que ce n’est pas la compétition qui dirige vos choix, mais le réseau ». 

« On est prêts à recevoir Monsieur Longoria, à la fédération »

Et cette polémique ne s’est pas arrêtée là puisqu’après Raymond Domenech, c’est Hubert Fournier qui a répondu à ces propos de Pablo Longoria. Sollicité par Foot Mercato, le directeur technique national a alors assuré : « J'ai trouvé cela assez excessif d'expliquer la formation française juste par le fait que des jeunes jouent dans la rue. C'est un raccourci assez déplaisant parce que la réussite de la formation française ne passe pas que par des enfants qui jouent dans la rue. D'ailleurs, depuis de nombreuses années, voire des décennies, le football ne se pratique plus vraiment dans la rue. Que ce soit à Marseille ou sur l'ensemble du territoire français, il se pratique dans les clubs, dans des installations sportives. C'est une pratique encadrée. Le parcours des jeunes vers le haut niveau est piloté par la direction technique nationale, il est organisé et ce n'est pas simplement un jeu sauvage qui permet à nos jeunes de nous représenter sur la scène internationale. (…) Le plus haut niveau, et jusqu'à preuve du contraire, c'est la Coupe du Monde. Didier Deschamps le champion du monde, est quelqu'un qui a été formé en France. Zinedine Zidane, qui a gagné trois Ligues des Champions récemment, a fait sa formation en France. L'actuel leader de Ligue 1, Christophe Galtier, est un entraîneur français, formé en France. Rudi Garcia, avec qui Marseille a atteint la finale de la Ligue Europa, est un Français. L'histoire de concept, je n'ai pas encore compris à quoi cela correspondait, mais peut-être que je n'ai pas suffisamment d'éléments ou d'expérience dans le football pour l'avoir traduit encore. Je trouve qu'il a décrié le modèle de formation français, qui est reconnu. On peut sans doute faire mieux, il y a peut-être des attentes du côté de l'OM et j'espère qu'ils vont progresser. J'ai toute confiance en Nasser Larguet pour cela. On est prêts à recevoir Monsieur Longoria, à la fédération, pour lui expliquer comment s'organise le modèle de la formation française. Ça lui permettra peut-être d'avoir un regard un peu différent. Je ne suis pas dans la polémique. Je veux simplement lui expliquer comment est organisé notre système ». 

Articles liés