Foot - Ligue des champions
Ligue des Champions : Macron tape du poing sur la table

À l’image de ceux survenus au Stade de France avant la finale de Ligue des Champions le 28 mai dernier, les incidents ne cessent de croître dans l’hexagone ces dernières années. En déplacement à Clichy, ce mercredi, le président de la République, Emmanuel Macron, a évoqué les scènes de violences, qui ont entaché la finale de C1, mais aussi plusieurs rencontres de Ligue 1 cette saison.

Malgré une victoire du Real Madrid (1-0) en finale de Ligue des Champions, l’ambiance n’était pas très festive à Saint-Denis le 28 mai dernier. En effet, la soirée a, surtout, été marquée par les incidents survenus aux abords du Stade de France. Des scènes, qui ont fait le tour du monde et qui ont provoqué la colère de certains supporters, notamment de Liverpool. La liste est longue : entre intrusion sans billet, enfant inhalant du gaz lacrymogène, vol et violence, la soirée a tourné au désastre. « Aucun fan de football ne devrait être mis dans cette situation, et cela ne doit pas se reproduire », a communiqué l'UEFA quelques jours plus tard, présentant ses excuses. Plusieurs enquêtes sont en cours. Vincent Labrune, président de la Ligue de football professionnel, déclarait récemment : « On doit être les dirigeants d'un football moderne et innovant et en aucun cas ceux du chaos et de la guerre dans les stades ». Ce n’est pas le premier incident qui a lieu en France cette année, on peut notamment évoquer les incidents entre Nice et l’OM en Ligue 1.

« Il faut chasser l'incivisme et la violence du sport. »

En déplacement à Clichy, ce mercredi, Emmanuel Macron a fait référence aux incidents survenus en Ligue 1, mais aussi au Stade de France.: « Je salue l'engagement du président Labrune et du président Le Graët et l'esprit de responsabilité de beaucoup de sportifs. Dimitri [Payet], vous l'avez évoqué, a lui-même eu des propos très forts et très responsables lorsqu'il avait subi une agression sur la pelouse. Je pense que la transparence est très importante. On doit et on peut tous s'améliorer. C'est ce que la ministre des Sports, le ministre de l'Intérieur et la Première ministre vont faire. Des rapports seront faits, on va travailler aussi avec la fédération, l'UEFA, pour tirer toutes les conséquences de ce que nous venons de vivre. » Le président de la République s’est ensuite confié sur les solution à apporter: « Plus généralement, c'est la leçon que je veux tirer de tout ce qu'on a vécu récemment et ces dernières années : le sport est une discipline formidable qui est bonne pour le corps et l'esprit. Il faut chasser l'incivisme et la violence du sport. Il faut évidemment se préparer pour que, dans les grands événements, il n'y ait pas de place pour la violence hors du stade et dans le stade. Il faut être intraitable dans le sport professionnel ou amateur, pour dire que les propos haineux, le racisme et l'homophobie n'ont aucune place dans les stades. Aucune. Il y a un travail très important avec les fédérations pour être intraitable, être rigoureux et prévenir avec les clubs et les supporters, pour former les supporters, changer la mentalité. »

« Un travail d’éducation ».

Emmanuel Macron, a par la suite fait appel au respect et aux valeurs du sport : « C'est un travail d'éducation. Dès le plus jeune âge, avec l'école, les clubs de sport, les fédérations, il faut dire que lorsqu'on aime un sport, on aime la discipline qui va avec. Quand on crie, qu'on est violent, qu'on insulte, qu'on a des propos racistes, antisémites ou homophobes, on n'aime pas le sport. Ce n'est pas la valeur du sport. La valeur du sport, c'est respecter un arbitre, respecter son adversaire, savoir jouer avec ses coéquipiers dans un sport collectif, avoir des disciplines de groupe même dans des disciplines individuelles comme le judo. C'est ça le sport, rien d'autre. Parfois, on l'a perdu en considérant que des rites ou des habitudes pouvaient être prises et qu'on avait tolérées. Non. Il faut que tous les acteurs du sport nous aident à ne plus le tolérer. On est intraitables, on est tous responsables, et on va éduquer différemment » a-t-il confié dans des propos rapportés par RMC Sport.

Articles liés