Accès direct au contenu

Renaissance

Euro 2012 : les deux facettes dArshavin

Andrei Arshavin

Il était parti sur la pointe des pieds au dernier mercato hivernal. Il revient en grande pompe ce soir pour le début de l’Euro. Avec le maillot russe sur le dos, Andreï Arshavin régale.

Tout le monde cite l’Espagne, l’Allemagne ou les Pays-Bas, pour désigner le futur vainqueur de l’Euro ukraino-polonais. Les mêmes parlent de la France, de l’Angleterre, de l’Italie et du Portugal pour un rôle d’outsider. Mais ils sont peu nombreux à imaginer la Russie faire un coup cet été. On parle pourtant du demi-finaliste du dernier Euro. Et ce soir, face à la République Tchèque, les hommes de Dick Advocaat ont confirmé tout le bien que ce dernier pensait d’eux : « Nous avons une bonne équipe, nous avons de la qualité, et il est très important que les joueurs commencent à y croire. Donc oui, si nous sommes en forme et que tout se passe bien, nous sommes une équipe très dangereuse ».

Jouer avec sa tête

Avec, pour moteur principal, le revenant Andreï Arshavin. Transparent avec Arsenal lors de la première partie de saison, le milieu de terrain de poche est apparu transformé ce soir, sur le pré verdoyant du Municipal Stadium de Wroclaw, en Pologne. Dans la zone de vérité, le joueur du Zénith a presque toujours pris la bonne décision et a inondé la partie de son intelligence de jeu, largement au-dessus de la moyenne. Comme sur le deuxième but russe, ou sur bien d’autres occasions. L’ancien gunner a même retrouvé une belle explosivité pour éliminer ses adversaires directs.

Les Russes ont le sourire. Mais Arsène fait la gueule.