Accès direct au contenu

Milieu renforcé

EDF : Deschamps, une composition trop frileuse ?

Didier Deschamps

Pour affronter le Japon ce soir, Didier Deschamps a fait confiance à un milieu de terrain expérimental, avec Capoue, Sissoko et Matuidi. Voici les avantages, et les inconvénients, de ce système de jeu que beaucoup qualifient de frileux.

Didier Deschamps ne changera donc jamais. Déjà, lors de sa période marseillaise, l’ancien milieu défensif des Bleus privilégiait régulièrement un entrejeu costaud, au détriment des joueurs de ballon. Pour les sceptiques, Benoit Cheyrou vous le confirmera. Un principe qu’il transpose à l’équipe de France, ce soir. Pourtant, ce n’est pas l’Espagne en face, et aucun point n’est en jeu. Non, les Bleus affrontent le Japon, à domicile, et dans le cadre d’une rencontre amicale. Et pour ce match, le sélectionneur tricolore a couché une équipe type que certains pourraient qualifier de très timide. Principalement en cause, le milieu de terrain, formé par Capoue, Sissoko et Matuidi. Trois joueurs au profil quasi identique, plus attirés par le boulot défensif que par l’art de servir son coéquipier dans les meilleures conditions. Mais Didier Deschamps a peut-être ses raisons.

Pourquoi Deschamps a raison
Ce soir, face au Japon, Didier Deschamps fait une nouvelle fois confiance au duo Benzema-Giroud. Si le premier est censé se déporter sur l’aile gauche, il reste un joueur au tempérament très offensif, et au repli défensif souvent minime. Avec le Madrilène, associé à Giroud et Ménez, D.D sait très bien que ses attaquants ne seront pas exemplaires dans leur repli. L’ancien technicien marseillais, parti de ce principe, a donc préféré solidifier la salle des machines tricolores, avec trois joueurs solides, et surtout trois gros poumons, capables de ratisser large. Mais un autre élément du dispositif de l’équipe de France explique les titularisations communes de Matuidi, Sissoko et Capoue : le choix des latéraux. En préférant Debuchy et Clichy à Jallet et Evra, Deschamps a clairement pris le pari de l’offensive, avec deux joueurs portés par l’avant. Matuidi et Sissoko, les deux pointes du milieu à trois auront donc pour mission de colmater les brèches laissées par ces défenseurs excentrés, qui devraient jouer très haut, ce soir.

Pourquoi Deschamps a tort
La composition d’équipe choisie par Deschamps fait presque figure d’anomalie, dans le football actuel. Peu d’équipes jouent avec deux milieux purement défensifs. Mais avec trois joueurs de ce profil, D.D innove. Ou revient quinze ans en arrière, quand les Bleus dominaient le Brésil avec un entrejeu dont il était la sentinelle, derrière Boghossian et Karembeu. Sauf qu’à l’époque, un certain Zidane se baladait entre les lignes. Alors que ce soir, la France ne pourra s’appuyer sur aucun joueur capable de mener le jeu des Bleus. La construction s’annonce ainsi délicate, entre trois joueurs au tempérament défensif, qui manquent en plus d’expérience en Bleus, et un trio d’attaque qui n’apprécie pas particulièrement défendre. Avec ces choix, c’est un gouffre qui pourrait s’installer entre les deux blocs. Mais surtout, c’est un ennui total qui pourrait se présenter pour les spectateurs et téléspectateurs. Réponse ce soir, à la fin de la rencontre.