Tour de France
Tour de France : Malgré les polémiques, Rousse s’enflamme

Ce dimanche, le Tour de France féminin touche donc à sa fin. L’arrivée sera jugée au sommet de l’ascension de La Super Planche des Belles Filles. Une première édition longue d’une semaine qui aura suscité un gros engouement, mais aussi quelques polémiques. Pour autant, à l’heure des bilans, Marion Rousse, directrice du Tour, est plus heureuses que jamais. 

Après les hommes, ce sont les femmes qui se sont élancées pour leur Tour de France. Une compétition longue d’une semaine qui n’a toutefois pas échappé aux polémiques. En effet, les chutes ont été sévères et nombreuses dans le peloton. De quoi faire énormément parler et Marion Rousse, directrice du Tour de France, avait dû réagir et mettre les choses au point. « Je me concentre sur les 95% de gens conquis plutôt que sur les 5% qui restent, qui s'amusent sur les réseaux sociaux à dire que les filles ne savent pas rouler. C'est ridicule. On n'a presque rien à leur dire. On n'a pas à se justifier. Les chutes font partie du cyclisme, il y en aura toujours », avait lâché celle qui officie aussi comme consultante pour France Télévisions

« C'est du jamais vu pour du cyclisme féminin »

Malgré ces polémiques qui ont donc entaché ce Tour de France féminin, Marion Rousse s’est enflammée au moment de faire les bilans de cette première édition. « Honnêtement, c'est du jamais vu pour du cyclisme féminin. Les gens ont réalisé que c'est un vrai Tour, peu importe que ce soit des hommes ou des femmes. Il y a beaucoup de monde aux départs et aux arrivées, mais aussi tout au long du parcours. Et de voir des gamins sur le bord des routes venir encourager les athlètes féminines, ou bien des gens qui se déguisent et font des panneaux comme on a l'habitude de le voir sur les routes du mois de juillet, c'est un pari réussi. D'un point de vue sportif, je n'étais pas inquiète. Je commente du vélo féminin tout au long de l'année, et elles nous offrent toujours du beau spectacle. Mais sur l'accueil du public, on ne peut jamais savoir », a confié la compagne de Julian Alaphilippe pour France Bleu

« Un sans-faute, peut-être pas »

Marion Rousse a aussi été interrogée par France TV Infos. La patronne du Tour de France a alors expliqué : « Un sans-faute, peut-être pas. Je suis perfectionniste et je pense qu'on peut toujours faire mieux. C'est une année n°1 donc il y aura certainement quelques petites choses à changer l'an prochain mais je suis très fière du boulot réalisé, des cyclistes qui nous ont offert un beau spectacle chaque jour, avec un public présent et nombreux aux bords des routes. Le Tour de France Femmes aura-t-il lieu chaque année ? Rendez-vous l'année prochaine déjà, et chaque année, à la même date juste après le Tour des hommes. Ce sera une quatrième semaine de Tour, parce que c'est un vrai Tour de France ». 

« On ne s'interdit rien »

« On ne s'interdit rien. C'est un objectif qu'on a de rallonger cette course, mais pour l'instant le format de 8 jours convient à tout le monde car même si le cyclisme féminin évolue, le système économique reste fragile. Là où les hommes sont 30 à pouvoir être rémunérés, les filles sont 10 ou 11, par équipes. Si vous mettez une course de trois semaines, il va falloir être plus solide, non pas physiquement parce qu'elles sont capables de le faire, mais financièrement. Je pense que notre course va permettre à des sponsors de s'intéresser au cyclisme féminin et de mettre de l'argent dans notre sport. Là, ce sera tout le système économique du cyclisme féminin qui va en bénéficier », a également ajouté Marion Rousse

Articles liés