Cyclisme
Tour de France : Il accuse Marion Rousse d’harcèlement

Célèbre pour sa présence sur le Tour de France en tant que journaliste et consultante, Marion Rousse est au cœur d’une polémique qui dure depuis quelques années. En effet, la compagne de Julian Alaphilippe avait été caricaturée par un dessinateur de l’Humanité, durant l'année 2020. Une satire qui n’avait pas plu à la journaliste et qui fait encore polémique…

Moquée par une caricature la montrant au lit, dénudée, avec Julian Alaphilippe, son compagnon, Marion Rousse n’avait pas du tout apprécié le dessin paru dans le journal l’Humanité. La polémique, qui avait eu lieu en 2020, est toujours d’actualité. Récemment, la journaliste a relancé le sujet dans une interview accordée à TV Mag : « C’était de très mauvais goût et incroyable de ridicule. Il n’y avait pas de message derrière, c’était fait pour blesser. J’étais dégoûtée et je me suis dit : « On en est encore là ?» La meilleure des réponses était de continuer à bien faire mon travail. On arrive à un stade où tout le monde est agacé par ce genre de caricatures ou de mots qui n’ont plus lieu d’être. Personne n’a voulu laisser passer quelque chose d’aussi gros ».

Des accusations récurrentes

Connu sous le pseudonyme de "Espé", Sébastien Portet, auteur de la caricature, reproche à Marion Rousse de ne pas avoir tourné la page. Dans des propos rapportés par Sport, le dessinateur a exprimé son mécontentement : « Depuis une semaine, après l’interview de Madame Rousse parue dans la presse régionale, des dizaines d’articles dans Closer, Le Figaro, Sports.fr, Tv Mag, etc, parlent d’elle comme d’une victime de ma caricature ‘sexiste et dégradante’. Cela me vaut bien évidemment de nouvelles insultes et cela porte une nouvelle fois atteinte à mon honneur, deux ans après la parution de mon dessin satirique. »

«Ça s’appelle la liberté d’expression»

De son côté, Sébastien Portet, assume sa caricature, en la justifiant par des photos réalisées par Marion Rousse il y a quelques années : « Ce dessin est directement inspiré de deux vidéos et deux calendriers de 2012 et 2015 ouvertement érotiques, comme l’explique Anke Wilken, responsable de la communication des calendriers dans différents médias. Madame Rousse a parfaitement le droit de poser en pin-up pour deux calendriers ouvertement sexués, et j’ai tout à fait le droit de la caricaturer de cette façon pour la brocarder. En France, ça s’appelle la liberté d’expression. On peut détester être caricaturé, mais il n’est pas possible d’être en accord avec des propos diffamatoires quand ils ne sont pas prouvés ou avérés par une décision juridique. »

Une main courante a été déposée

Agacé par la situation, le dessinateur est prêt à attaquer ceux qui le harcèlent depuis cet épisode : « J’ai donc déposé une main courante en fin de semaine dernière au commissariat de ma ville de résidence afin de tenter de mettre fin à cette situation qui s’apparente plus à du harcèlement, du cyberharcèlement et de la diffamation qu’autre chose. Et bien sûr, si cette situation devait se reproduire, si mon dessin devait à nouveau générer une interprétation calomnieuse, une suite à cette main courante s’enclencherait automatiquement ». La polémique semble loin de se terminer.

Articles liés