Tour de France : Danemark, Espagne, Italie... Christian Prudhomme justifie les départs à l'étranger
La rédaction

C'est désormais officiel, le Tour de France 2024 partira de Florence, premier grand départ en Italie de l'histoire. Ce n'est ni la première, ni la dernière fois que la Grande Boucle s'élance de l'étranger, une décision souvent pointée du doigt tandis que Christian Prudhomme, directeur du Tour, l'assume et le revendique entièrement. 

En 2022, le Tour de France s'est élancé de Copenhague, en 2023, ça sera à Bilbao tandis qu'en 2024, le Grand Départ sera donné à Florence. Depuis sa création, le départ de la Grande Boucle n'a jamais été donné en Italie, seul pays frontalier à qui cette tâche n'avait pas été confiée. 

«La ferveur du Tour peut s'exporter»

Alors que le Tour de France va s'élancer trois années de suite de l'étranger, le directeur de l'épreuve Christian Prudhomme assume totalement ces départs : «Ce qu'on a vécu en juillet au Danemark nous montre à quel point la ferveur du Tour de France peut s'exporter. C'est en allant dans ces pays qu'on va trouver de nouveaux fans. Mais il n'y a pas de Copenhague ou de Bilbao possibles sans Castelnau-Magnoac et de Lacapelle-Marival. Le Tour, ce sont des grandes villes à l'étranger, mais aussi nos villages français. C'est cet assemblage qui fait sa force», a-t-il expliqué dans un entretien accordé à l'Equipe

Florence était proche d'accueillir le Tour dans le passé 

Si le Tour de France ne s'est jamais élancé d'Italie, la candidature de Florence avait déjà été étudiée en 2014, mais c'est le Royaume-Uni qui avait été retenu pour un départ à Leeds : «Très honnêtement, Florence était largement favorite à cette époque-là. Mais en 2012, Bradley Wiggins venait de gagner Paris-Nice, puis le Tour de France. Aux Jeux de Londres on avait vu trois personnages : la reine, James Bond et Wiggins en tee-shirt jaune. Ça avait fini de nous convaincre qu'on devait partir de Grande-Bretagne en 2014», a confié Christian Prudhomme alors que le vainqueur de cette édition était l'Italien Vincenzo Nibali

«L'Italie est aussi le berceau du cyclisme»

En 2024, le Tour de France partira pour la 26e fois de son histoire de l'étranger, et Christian Prudhomme estime que l'Italie est également une terre du cyclisme : «L'Italie est aussi le berceau du cyclisme avec son Campionissimo (Fausto Coppi), et tous les autres campionissimi. Ce Grand Départ sera comme un voyage romanesque au coeur de ce pays qui a marqué l'histoire. Pour moi, la mémoire est capitale, ce qui ne veut pas dire qu'on doit se replier sur le passé. Avec le Tour, c'est aussi bien découvrir de nouveaux lieux que de respecter ceux du passé et les champions qui ont marqué sa légende», a-t-il conclu tandis que trois étapes vont se disputer sur le sol italien lors de l'édition 2024. 

Articles liés