Accès direct au contenu

Cyclisme

Cyclisme : Julian Alaphilippe reçoit un énorme appel du pied pour son avenir !

Interrogé sur la situation de son ami Julian Alaphilippe, Bob Jungels reconnaît qu'une arrivée du champion du monde chez AG2R Citroën Team serait une excellente nouvelle pour lui et son équipe. 

Sacré champion du monde en 2020, Julian Alaphilippe tâchera de réaliser une nouvelle grande saison en cette année 2021, mais quel sera la suite pour le coureur français ? Alors qu’Alaphilippe semblait entrer dans sa dernière année de contrat, le manager de l'équipe Deceuninck-Quick Step, Patrick Levefere, a tenu à clarifier la situation : « Qui a dit que ça finissait en 2021? Il y a contrat qui court jusqu'en 2024. Si l'équipe s'arrête (le manager cherche de nouveaux sponsors, ndlr), il ne restera pas, c'est sûr. (…) Mais tant que l'équipe continue, il reste avec nous. Nous possédons une option au prix du marché. Comme avec Remco Evenepoel, Yves Lampaert et Mauri Vansevenant. S'il a une offre d'une autre équipe, je peux m'aligner, et il devra rester ». Une annonce qui intervient quelques semaines après la sortie de Vincent Lavenu, patron d’AG2R, ne cachant pas son rêve d’attirer Julian Alaphilippe dans son équipe : « Nous avons toujours été attentifs aux opportunités. Il faut d’abord vérifier qu’il soit bien sur le marché, mais a priori, ce doit être le cas. On ne s’interdira pas de tenter notre chance. C’est un coureur séduisant, l’un des meilleurs du monde, et à partir du moment où on a, avec Citroën, un partenaire de cette envergure, il n’y pas de raison de ne pas essayer ». 

« Je serai très content qu’il vienne »

Alors que la situation de Julian Alaphilippe fait donc énormément parler, son ancien coéquipier Bob Jungels, aujourd’hui chez AG2R Citroën Team, se dit également prêt à travailler avec le Français : « Julian est mon meilleur copain et forcément, je serai très content qu’il vienne. Mais d’un côté, quelle équipe ne rêve pas d’enrôler Julian en ce moment ? Après, quand j’ai signé ici c’était pour devenir leader. Et l’arrivée de Julian changerait beaucoup de choses. Mais d’un autre côté, on a déjà l’expérience de la Deceuninck-Quick Step où l’on travaillait ensemble. Pour moi, il n’y aurait pas de problèmes », a confié le Luxembourgeois au Dauphiné Libéré.

Articles liés