Accès direct au contenu

Rugby

Rugby : Cet ancien international français qui tacle le RC Toulon…

Depuis plusieurs saisons, le RC Toulon a tendance à afficher des équipes avec peu de français sur le papier. Un comportement que n’apprécie par Christophe Deylaud, ancien joueur du club varois.

L’Équipe de France va très mal. En 3 matchs contre la Nouvelle-Zélande, les hommes de Jacques Brunel se sont à trois reprises lourdement inclinés. Depuis plusieurs années, le XV de France n’y arrive plus sur le plan mondial. Face à cette situation, de nombreuses personnes cherchent les maux à cette équipe. Pour de nombreux spécialistes, c’est la formation qui est au cœur du problème. Cependant, Christophe Deylaud est beaucoup plus franc. L’ancien international français a pointé du doigt la gestion du RC Toulon.

« Le RCT a été champion d’Europe, mais ils n’avaient pas de joueurs français »

« Cela a commencé après l’ère Skrela-Villepreux, ensuite on a toujours voulu copier. Avec notre président de la Fédération, alors sélectionneur, nous sommes rentrés dans une conception où, durant 8 ans, il fallait copier, un coup la Nouvelle-Zélande, un coup l’Australie. Ce qui a servi après pour l’équipe de Toulon, puisque le RCT a été champion d’Europe, mais ils n’avaient pas de joueurs français. Ils avaient une pléiade de joueurs mondiaux. C’est une équipe internationale qui a gagné la coupe d’Europe. Notre propre savoir-faire devrait être mis au grand jour. Il faudrait une autre organisation pour faire éclore les talents français. On a été cherché des joueurs étrangers et des entraîneurs étrangers. On a sorti les joueurs français et les entraîneurs français. Ce qui m’a choqué, c’est lorsque j’ai passé mon diplôme d’entraîneur à Marcoussis. Nous avons eu un intervenant irlandais, un intervenant anglais… Aller chercher des compétences à l’étranger c’est bien, mais nous étions dans une formation française. La question que j’ai posée c’était : “On n’a pas notre propre conception ?” », a déclaré l’ancien joueur de Toulon dans une interview accordée à la Dépêche du Midi.

Articles liés