Foot - Mercato
Menacé dans le feuilleton Griezmann, l’Atlético se moque du Barça

La situation d’Antoine Griezmann fait couler énormément d’encre en Espagne. Prêté depuis l’été 2020, le Français ne joue que très peu cette saison, tout ça à cause d’une clause particulière qui obligerait l’Atlético de Madrid à payer 40M€ au FC Barcelone. Une situation qui agace grandement en Catalogne… mais qui semble amuser les Madrilènes.

On a connu mieux comme préparation d’un Mondial. A quelques semaines d’un grand rendez-vous au Qatar, Antoine Griezmann n’a toujours pas quitté son rôle de joker de luxe. C’est simple, depuis le début de la saison il rentre seulement à l’heure de jeu et s’occupe donc de terminer les rencontres de l’Atlético de Madrid. Cela agacerait au plus haut point le FC Barcelone, qui pourrait empocher 40M€ si Griezmann joue au moins 50% des rencontres avec les Colchoneros.

La vengeance de l’Atlético de Madrid

A en croire Guillem Balague, ce litige est le fruit d’un vieux grief fait par le FC Barcelone à l’Atlético de Madrid. Nous sommes en 2019 et alors que la clause de départ d’Antoine Griezmann vient de passer de 200M€ à 120M€, un accord est annoncé avec le club catalan. Or, les Colchoneros estimaient que cet accord avait été passé avant la baisse du montant de la clause et que le Barça devait donc payer 200M et non 120M€.

« Lisez le contrat »

Pour seule réponse, les dirigeants barcelonais auraient expliqué à leurs homologues madrilènes se tenir exclusivement à ce qui était stipulé dans le contrat d’Antoine Griezmann au moment de l’annonce de l’accord, soit douze jours après la baisse de la clause. Toujours selon Balague, le FC Barcelone aurait ainsi répondu un simple « lisez le contrat », à un Atlético de Madrid qui a finalement dû se contenter de 120M€ d’indemnité de transfert.

L’arroseur arrosé

La revanche est toutefois un plat qui se mange froid et les Colchoneros semblent avoir attendu leur moment. Ces dernières semaines, le FC Barcelone a menacé de faire appel à la justice pour que le temps de jeu d’Antoine Griezmann augmente et que sa clause soit donc levée. Plusieurs médias comme Mundo Deportivo ont toutefois expliqué que l’Atlético de Madrid n’enfreignait aucunement la loi du travail et que l’utilisation d’Antoine Griezmann est uniquement liée aux choix de Diego Simeone. Une réponse serait d’ailleurs arrivée sur le bureau du Barça à en croire la BBC, avec un laconique « lisez le contrat ».

Articles liés