Accès direct au contenu

Foot - Mercato - ASSE

Mercato - ASSE : Cette recrue estivale de Puel livre les dessous de son arrivée !

Alors qu’il évoluait précédemment avec la réserve de Braga, Yvan Neyou a été prêté lors du dernier mercato estival à l’ASSE. Un mouvement sur lequel est revenu le nouveau protégé de Claude Puel.

Arrivé au cours de la saison dernière, Claude Puel a profité du dernier mercato pour mettre en place son projet à l’ASSE. Pour cela, l’entraîneur des Verts a décidé de pousser vers la sortie certains joueurs expérimentés pour faire de la place à de jeunes talents. Cela s’est notamment vérifié avec l’arrivée d’Adil Aouchiche en provenance du PSG, ou encore d’Ivan Neyou, prêté par Braga. A 23 ans, le Camerounais s’est rapidement imposé comme un maillon essentiel du système de Puel, lui qui évoluait auparavant avec la réserve de Braga. Un grand bond en avant qui a d’ailleurs étonné le principal intéressé.

La surprise de Neyou

A l’occasion d’un entretien accordé à ASSE TV, Yvan Neyou s’est confié sur son transfert à l’ASSE. Le nouveau joueur de Claude Puel a notamment expliqué : « Pendant le Covid, plusieurs clubs sont venus parler avec mon agent, L2, D1 suisse, D1 portugaise. Et à un moment il m'appelle et me dit « Il y a l'AS Saint-Étienne qui est sur toi ». Moi je lui dit « Mais qu'est-ce que tu me racontes ? Je joue à peine en équipe une à Braga et je vais aller à l'ASSE ? Et là pendant le confinement, je reçois un appel. J'étais avec mes potes en plus je me rappel, j'étais dans ma ville... « Allo ? Oui bonjour Claude Puel à l'appareil » Et là je me suis mis à courir, parce qu'il y avait tout le monde à proximité, des bruits de motos, j'étais dans ma cité donc ça pouvait dire n'importe quoi autour de moi. Il me dit qu'il allait essayer de tout faire pour que je puisse venir au club, que j'avais un profil intéressant. C'était vraiment une discussion constructive. Donc à partir de là j'étais dans l'attente, et là le 8 juillet, date que je n'oublierai jamais, il me rappelle et me dit « Yvan, rentre chez toi prépare tes affaires, demain tu es dans le train pour Saint-Étienne ». Quand j'arrive chez moi, je dis à ma mère que je vais signer à l'ASSE, et elle ne semblait pas ravie... La pauvre avait peur que ça ne se fasse pas, parce que rien n'était fait et que j'ai connu énormément de désillusions dans ma carrière. Elle pensait que lorsque j'arriverai à l'Étrat on me dirait « Non désolé on ne veut plus de toi, on a trouvé un autre » ».

Articles liés