Accès direct au contenu

DU NEUF AVEC DU VIEUX

EDF : Nasri de retour, les pour et les contre ?

Samir Nasri

Après avoir purgé ses trois matchs de suspension, Samir Nasri est de nouveau sélectionnable en équipe de France. Préconvoqué, le Citizen n’est pour autant pas sûr de figurer dans la liste de Didier Deschamps pour affronter le Japon en amical (12 octobre) et l’Espagne en éliminatoires du Mondial 2014 (16 octobre). Alors l’ancien Gunner doit-il être convoqué ?

Les Pour

Un véritable numéro 10 de métier
Depuis son arrivée à la tête de l’équipe de France, Didier Deschamps n’a jamais titularisé de véritable numéro 10 au milieu de terrain. L’ancien entraîneur marseillais préfère s’appuyer sur un trident souvent composé de Rio Mavuba devant la défense et de deux joueurs solides à la récupération, capable de se projeter vers l’avant comme le sont Abou Diaby, Etienne Capoue ou Yohan Cabaye. Mavuba et Diaby, étant blessé, Deschamps pourrait revoir ses plans et décider de sélectionner un véritable pourvoyeur de ballons pour ses attaquants. Yoann Gourcuff, toujours indisponible, cela pourrait donc profiter à Samir Nasri. Même s’il évolue régulièrement sur un côté à City, l’ancien « petit prince de Marseille » peut faire des ravages à son poste de prédilection. A méditer.

Une association avec Benzema et Ribéry qui pourrait enfin faire mal
Sous l’ère Laurent Blanc, l'association Benzema-Ribéry-Nasri n’a pas laissé de traces indélébiles. Le trio n’arrivait pas à se trouver et se marchait sur les pieds la plupart du temps. Mais, qui sait si ces trois hommes ne pourraient pas s’entendre sous la houlette de Didier Deschamps ? Sur le papier, l’association a en tout cas fière allure. Sur le terrain, elle pourrait détonner. Même s’il ralentit parfois la progression du ballon, l’ancien d’Arsenal dispose d’une bonne qualité technique. Ses passes en profondeur et sa capacité à jouer dans un petit périmètre sont toujours appréciables. De même que sa précision sur coup franc et son sens du but. Des qualités indéniables qui pourraient apporter un plus à cette équipe de France et qui pourraient faire briller le Madrilène et le Munichois. A ces trois-là de mettre tout en œuvre pour que cela fonctionne.

Les Contre

Des évènements du passé pas à son avantage

«Je n'ai pas de joueurs condamnés dans mon esprit. Il est sélectionnable.» Par ces mots, Didier Deschamps avait tenu, il y a quinze jours, à rassurer les joueurs sanctionnés par la FFF. Même si les évènements houleux de l’Euro font « partie du passé », le sélectionneur des Bleus va-t-il de nouveau faire confiance à Samir Nasri ? Pas si sûr. Souvent pointé du doigt lorsque les choses dérapent en équipe de France, l’ancien Gunner pourrait faire les frais de sa réputation. Knysna, les insultes envers les journalistes, des prises de becs avec Thierry Henry pour une place dans le bus tricolore ou encore un manque de respect envers les « anciens » chez les Bleus. Autant d’histoires qui peuvent laisser perplexe DD au moment de choisir son groupe de 23.

Un début de saison en demi-teinte
Auteur d’un but et d’une passe décisive depuis le début de la saison, l’ancien « minot » n’est pour l’instant pas un titulaire indiscutable à City. Au milieu de terrain, la concurrence est forte. David Silva, Yaya Touré, James Milner ou encore Javi Garcia pour ne citer qu’eux, squattent fréquemment le onze titulaire. Nasri doit donc se contenter d’un temps de jeu plutôt limité, disputant des matchs de second couteau. Titulaire hier soir lors du match nul à Dortmund, le Citizen a été plutôt discret. Seulement une frappe contrée par le gardien allemand dès l’entame du match à mettre à son actif. Excentré côté gauche, Nasri n’a donc pas marqué des points. De bien mauvaise augure si Didier Deschamps s’attèle à convoquer des joueurs décisifs avec leur club.

Par Thomas Figueiredo

Découvrez Le 10 Sport de cette semaine en kiosques ou en ligne