Accès direct au contenu

Cyclisme

Cyclisme - Dopage : «Sans Salbutamol, Froome n’aurait pas gagné quatre Tours de France»

Alors que Christopher Froome est toujours dans l'œil du cyclone, Michele Ferrari s'en prend à l'Anglais.

Depuis l’annonce de l’Union Cycliste Internationale sur une affaire de dopage autour de Christopher Froome, suite à une prise anormale du Salbutamol, produit contre l’asthme, lors de la dernière semaine du Tour d’Espagne, l’orage gronde au-dessus de la tête du Britannique. Le leader de la Sky pourrait être suspendu par l’UCI, et dans des propos rapportés par Cyclism Actu, Michele Ferrari, sulfureux docteur bien connu dans le cyclisme, estime que Froome est inexcusable.

« Froome est allé trop loin »

« En faisant un discours plus large, nous pourrions dire que Froome, sans salbutamol, n'aurait peut-être pas gagné quatre Tours de France. C'est comme un cycliste avec 38 d'hématocrite sans EPO. Les deux choses (Salbutamol et EPO) remédient aux injustices de la génétique. Personnellement, je pense que Froome a été trop loin avec l'inhalateur, sans doute involontairement. Pendant les étapes précédentes, la concentration dans ses urines paraît constante autour des 600 nanogrammes par millilitre. Il a peut-être pensé qu'en doublant la dose habituelle, il attendrait 1200 nanogrammes, qu'il ne dépasserait pas le seuil, mais sans calculer qu'un métabolisme pouvait être saturé. L'excrétion urinaire du Salbutamol est assez variable », admet Michele Ferrari.

Articles liés