Cyclisme
Cyclisme : L’annonce inquiétante de Julian Alaphilippe

Plus que quelques jours maintenant avant le départ de la course qui déterminera le nouveau champion du monde. Finalement, Julian Alaphilippe sera bien au départ, mais la question est de savoir dans quelle condition. Après sa chute au Tour d’Espagne, le double tenant du titre a expliqué ne pas être à 100%. Par conséquent, Alaphilippe n’écarte pas se mettre au service du collectif et faire briller l’un de ses coéquipiers de l’équipe de France. 

Cette saison n’a pas été simple pour Julian Alaphilippe, qui a chuté à de nombreuses reprises. D’ailleurs, il n’était pas certain que le Français puisse tenir sa place pour les Mondiaux. Finalement, appelé par Thomas Voeckler, il est bien en Australie pour aller chercher un troisième maillot arc-en-ciel. Mais Alaphilippe aura-t-il pour autant les moyens de le faire ? Telle est donc la question. Et dans des propos rapportés par RMC, Julian Alaphilippe a fait le point sur sa condition physique et ce à quoi pourrait ressembler sa course.

« Tout le monde connaît mon état de forme »

C’était attendu, Julian Alaphilippe l’a confirmé : après sa chute lors du dernier Tour d’Espagne, il n’est pas à 100%. Cela pourrait donc être compliqué d’aller chercher le titre de champion du monde, par conséquent, le compagnon de Marion Rousse pourrait se muer en coéquipier de luxe. « Je suis un des leaders mais je ne suis pas leader unique et ça me va très bien. Tout le monde connaît mon état de forme. Il y a des coureurs de l'équipe de France qui ont plus performé que moi ces dernières semaines et à qui la course correspond très bien aussi. Je serai très heureux de donner le maximum pour eux. C'est en jouant sur le collectif qu'on ira loin. (…) Je crois que je serais encore plus content si c'est un des mes collègues qui gagne. (…) « Je ne suis pas à 100% mais pas pourri non plus », a lâché Alaphilippe

« Je suis un peu partagé entre deux sentiments »

Et concernant ce maillot de champion du monde en jeu, Julian Alaphilippe, qui le porte depuis deux ans maintenant, a également ajouté : « Je suis un peu partagé entre deux sentiments ces derniers temps. D'un côté je me dis: vivement l'année prochaine pour que je n'ai plus à porter le maillot et que je puisse, entre guillemets, redevenir un coureur normal, moins connu, moins sollicité, plus tranquille. Mais d'un autre côté, ce maillot est tellement un rêve, quelque chose de tellement énorme que je ne peux pas le laisser comme ça, bien sûr que non! Mais il demande beaucoup, peut-être aussi parce que je prends les choses à coeur et que je donne beaucoup aussi. Donc quoiqu'il arrive, que j'aie le maillot pour une troisième fois ou que je ne l'aie plus, la semaine prochaine, je serai très heureux ».