Accès direct au contenu

Tennis

Tennis : Roland-Garros, coronavirus... Le président de la FFT se fait dézinguer !

Récemment, la FFT a décidé, dans l'urgence, de reporter Roland-Garros au mois de septembre. Dirk Hordorff, vice-président de la fédération allemande, n'a pas manqué de pointer du doigt le président de l'instance française, Bernard Giudicelli. 

Le 17 mars dernier, la FFT a annoncé le report de Roland-Garros. Initialement prévu à la fin du mois de mai, le Grand Chelem français a été repoussé au 20 septembre. Une décision qui aurait été prise sans la moindre consultation au préalable. Dans les colonnes de L'Equipe ce lundi, Dirk Hordorff, le vice-président de la fédération allemande, a tenu à recadrer le président de la FFT, Bernard Giudicelli

«Bernard Giudicelli a fait son Waterloo»

« Ce qu'a fait le président Bernard Giudicelli, c'est dégueulasse. Pour le tennis, pour la France. Je suis certain qu'il a paniqué parce qu'il y a des élections qui approchent (ndlr : pour la président de la FFT). Il essaye de marquer des points contre Gilles Moretton. S'il Bernard Giudicelli est le principal responsable de la situation ? Bernard sait qu'il a commis une grosse erreur. Il pensait pouvoir s'en sortir mais il n'avait aucun soutien. Il espérait avoir l'ITF de son côté, c'est pour ça qu'il supprimé les qualifications, pour donner un bon biscuit à David Haggerty (président de l'ITF) et sa Coupe Davis. Ça ne marche pas comme ça. Il n'est pas très intelligent. Hier (samedi), un dirigeant m'a dit : 'Ce qu'il a fait, c'est son Waterloo'. (...) Tout le monde discute des dates, je le comprends, mais ce n'est pas premier arrivé, premier servi. On ne fait pas un calendrier comme ça », a-t-il précisé. 

Articles liés