Tennis
Après avoir interrompu le match Ruud-Cilic, la militante s’explique

Ce samedi, Casper Ruud s’est imposé face à Marin Cilic, validant ainsi son ticket pour la finale de Roland-Garros face à Rafael Nadal. Une rencontre qui a toutefois dû être interrompue après qu’une militante écologiste soit entrée sur le court pour faire passer son message. Et suite à son action, celle-ci s’est d’ailleurs expliquée. 

Les demi-finales du tableau masculin de Roland-Garros ont donc livré leur verdict et c’est donc Rafael Nadal qui s’est imposé face à Alexander Zverev, tandis que Casper Ruud a lui pris le meilleur sur Marin Cilic. Deux rencontres qui ont d’ailleurs été marqué par des images très fortes. Tout d’abord, lors du match opposé Nadal et Zverev, on retiendra surtout les cris de douleurs de l’Allemand. Sur un appui, le numéro 3 mondial s’est durement tordu la cheville. De quoi l’empêcher de continuer. Ainsi, Alexander Zverev a dans un premier temps quitté le court Philippe Chatrier en fauteuil roulant avant de revenir avec des béquilles pour acter son forfait. Pas de blessé en revanche entre Ruud et Cilic, mais la rencontre a tout de même dû être interrompue. La raison ? Une action d’une militante écologiste. En effet, cette dernière a pénétré sur le terrain avant de au filet par le cou. A genou, elle avait un message à faire passer concernant le dérèglement climatique. Sur le t-shirt de cette militante de Dernière Révolution, on pouvait ainsi lire : « We have 1028 days left », soit « Nous avons encore 1028 jours ». 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Dernière Rénovation (@derniererenovation)

« Nous devons tirer la sonnette d’alarme »

Suite à cette action qui a interrompu la demi-finale entre Casper Ruud et Marin Cilic à Roland-Garros, la militante s’est expliquée sur les réseaux sociaux de Dernière Révolution. « Désolée d'avoir interrompu votre jeu, mais tous les regards sont aujourd’hui portés sur Roland Garros, et nous devons tirer la sonnette d’alarme. Personne n’en a rien à foutre quand on fait des marches pour le climat, alors qu’on va tous crever donc c’est ici qu’on a choisi d’agir. Aujourd’hui, je suis entrée sur le terrain car je ne peux plus prendre le risque de ne rien faire. Je dois agir à la hauteur de l’urgence dans laquelle nous sommes. 1028 jours, c'est ce qu'il nous reste pour sauver nos vies et celles de ceux qu'on aime des pires catastrophes climatiques. Le monde vers lequel nous envoient les politiques est un monde où Roland Garros ne pourra plus exister. Nous sommes la dernière génération d'humains à pouvoir éviter le pire et nous devons le faire. Nous sommes en train d’écrire le dernier chapitre de tous les millénaires qui nous ont précédés. Ne soyez pas spectateurs - assistez à l'une de nos réunions publiques en ligne ou en personne pour nous rejoindre dans la résistance », a-t-elle posté, avant d’expliquer que les actions ne devraient être terminées, lançant ainsi un rendez-vous pour le 11 juin. « Nos actions reprennent le 11 juin. Rejoignez nous, on a besoin de vous ». Cela restera ainsi comme l’une des images fortes de ce Roland-Garros au milieu d’autres parmi lesquelles on pourrait notamment retrouver ce dimanche Rafael Nadal en train de soulever son 14ème trophée à Porte d'Auteuil… 

Articles liés