Tennis
Djokovic, Nadal... Federer raconte cette incroyable création

A quelques heures de son départ à la retraite, Roger Federer a passé en revue sa carrière. Le Suisse a évoqué ses résultats, ses records, mais aussi la création du SABR, ce retour hyper agressif, qui avait donné des idées à d'autres joueurs comme Nick Kyrgios. Mais l'ancien numéro un mondial l'assure, ce coup n'est pas lié à Novak Djokovic et Rafael Nadal.

Un monument va quitter le monde du tennis. A 41 ans, Roger Federer a préféré dire stop, après avoir connu une terrible blessure au genou. « Au début de l'été, j'ai essayé de passer un cap à l'entraînement. Et je savais qu'un contre-temps pouvait être fatal à ce stade. A Wimbledon, quand j'ai été invité (lors du dimanche de la première semaine, NDLR), je pensais encore vraiment pouvoir revenir l'année prochaine. Mais nous devions prendre des précautions et parfois presque trop pour ne rien brusquer. J'ai commencé à me fatiguer de devoir croire que les choses allaient tourner dans le bon sens, à être un petit peu pessimiste » a confié le Suisse. Ce jeudi, Roger Federer fait la UNE de L'Equipe. Au cours de cet entretien, le Suisse aborde plusieurs sujets notamment la création du SABR. Un coup utilisé pour la première fois en 2015 et qui se caractérise par un retour très agressif. Federer annonce que ce coup n'a pas été crée à cause de Novak Djokovic ou Rafael Nadal.

Federer raconte l'origine du SABR

« Pourquoi j'ai imaginé le SABR, déjà? Pour moi ça n'avait rien à voir avec les deux autres (Nadal et Djokovic), en tout cas. En fait, je l'ai fait comme ça en rigolant avec Benoît Paire, une fois à Cincinnati (en 2015), lors d'un premier entraînement avec jetlag (il prend une longue respiration). Ah oui parce que ''Seve'' (Severin Lüthi, son entraîneur) voulait que je retourne plus dans le terrain, voilà! Et du coup je lui dis: "Tu veux dire comme ça'" (Il mime une prise de balle ultra-précoce). Et tout est parti de là » a confié Federer.

« C'est avec Benoît que ça a pris forme »

Le Suisse précise donc que ce coup a été crée avec l'aide de Benoît Paire, joueur fantasque. « Il y avait déjà eu une tentative en Suisse pendant un entraînement, si je me souviens bien, mais c'est avec Benoît que ça a pris forme. Je faisais des trucs tellement dingo, winner, tac, ping-pong, on ne pouvait pas le croire, on rigolait tous ensemble, faudra demander à Benoît un jour. C'était un entraînement complètement décontracté. T'arrives vers 15 heures, ton match est à 20 heures, à la nuit tombée, on était seuls sur le court central, c'était magnifique...» a-t-il conclu.

Articles liés