Accès direct au contenu

Rugby

Rugby : Laporte, polémiques... Mohed Altrad contre-attaque !

Dans une interview accordée au Figaro, Mohed Altrad s'est défendu des nombreuses accusations dont il fait l'objet avec Bernard Laporte.

C'est une polémique qui gangrène tout le monde du rugby. Depuis quelques semaines, deux noms sont discutés par les principaux acteurs du monde ovale : Bernard Laporte et Mohed Altrad. Le premier est soupçonné de favoritisme présumé au profit du club de Montpellier, qui est présidé par le deuxième. De plus, L'Equipe révèle ce mercredi que lors d'une visite en juin dernier au club montpelliérain, il aurait été demandé directement au président de la FFR d'intervenir en faveur du MHR. Des histoires qui agacent Mohed Altrad.

«Je ne veux pas m’abaisser à débattre avec eux »

« Le contrat avec Bernard Laporte ? Ce contrat n’enfreint aucune loi, ni règle édictée par la Fédération française de rugby. Personnellement, je ne regrette pas d’avoir signé ce contrat. Laporte a préféré l’annuler pour éteindre une polémique. Mais aujourd’hui, le mal est fait. Notamment parce que certains présidents se sont permis de dire tout et n’importe quoi sans avancer les preuves de leurs accusations. Comme l’a dit un jour Mitterrand, « Toutes les explications du monde ne justifieront pas qu’on ait pu livrer aux chiens l’honneur d’un homme ». Les présidents de Clermont, de La Rochelle et de Pau se sont permis de porter des accusations. Ces derniers veulent régler des comptes personnels. Vincent Merling (La Rochelle) et Bernard Pontneau (Pau) disent que les contrats du groupe Altrad avec la fédération peuvent engendrer la compromission des membres de la commission d’appel et celle du corps arbitral. Or, la saison dernière, 29 recours ont été examinés. À l’issue, 20 sanctions ont été revues à la baisse. Quel club s’est plaint de l’une de ces décisions arguant qu’elle faussait l’équité du Top 14 ? De son côté, Eric de Cromières (Clermont) dit que les liens Laporte/Altrad font peser un risque sur la nomination des arbitres. C’est le produit de l’imagination d’un homme qui ne pense pas. Cette insinuation signifie quoi ? Que l’ensemble des arbitres sont vendus ? Il y a aussi les présidents de Grenoble, Bordeaux-Bègles et Agen qui se permettent de raconter n’importe quoi. Je ne veux pas m’abaisser à débattre avec eux », a expliqué Altrad.

Articles liés