Accès direct au contenu

Foot - Mercato - FC Nantes

Mercato - FC Nantes : Des tensions ont éclaté entre Domenech et Kita !

Après 46 jours à la tête du FC Nantes, Raymond Domenech va déjà quitter les Canaris. Une décision s’expliquant notamment par les relations compliquées entre l’ancien sélectionneur tricolore et son président Waldemar Kita. 

Nommé entraîneur du FC Nantes en décembre dernier, Raymond Domenech s’apprête déjà à faire ses valises, après seulement 7 matches sur le banc des Canaris. L’annonce de son départ est imminente, et la direction a déjà pris contact avec plusieurs entraîneurs pour assurer la succession de l’ancien sélectionneur tricolore. Comme l’a confirmée le10sport.com, c’est Antoine Kombouaré qui va s’engager à Nantes pour deux saisons et demie. L’ancien joueur et entraîneur du PSG devrait notamment être accompagné d’Yves Bertucci, actuellement en poste au TFC. Waldemar Kita va donc nommer un dix-septième entraîneur au FCN, et tenter de faire oublier le fiasco Domenech dont il est à l’origine.

Le mercato hivernal a été source de tensions entre Kita et Domenech 

Comme l’explique 20 Minutes ce mercredi soir, c’est bien Waldemar Kita qui est à l’origine de la nomination de Raymond Domenech à Nantes, sur conseil de Gilles Favard, son ancien conseiller sportif. De leur côté, Franck Kita, son fils et directeur général délégué, et Philippe Mao, coordinateur sportif, n’étaient pas très emballés à l’idée de confier les rênes de l’équipe à Domenech, mais cela n’a pas suffi à convaincre le patron du FC Nantes de revoir son choix. Par ailleurs, 20 Minutes révèle que les relations entre Kita et son coach ont fini par se détériorer au fil des semaines. Raymond Domenech souhaitait notamment mettre la main sur Nelson Oliveira dans les derniers instants du mercato hivernal, une piste recalée par Waldemar Kita. En parallèle, le futur ex-entraîneur des Canaris a écarté les dossiers Ounas et Mendoza menés par sa direction. Des désaccords qui auraient suscité des tensions au sein du club. Reste à voir désormais si Antoine Kombouaré saura s’adapter à ses nouveaux patrons.

Articles liés