Accès direct au contenu

Foot - Mercato - ASSE

Mercato - ASSE : Romeyer et Caïazzo reçoivent deux énormes messages pour la vente du club !

Alors que le projet de vente de l'ASSE suit son cours, Michel Salgado et Serge Bueno ont évoqué leurs ambitions respectives pour reprendre en mains le club du Forez.

Depuis le 23 novembre, la vente de l'ASSE est entrée dans une nouvelle phase. En effet, les projets de Norodom Ravichak, Jean-Michel Roussier et Olivier Markarian ont tous été retoqués par KPMG, cabinet d'audit chargé d'éplucher les candidatures. Les raisons différent puisque le Prince du Cambodge est accusé d'avoir fourni de faux documents tandis que les deux autres candidats n'ont pas apporté les garanties financières suffisantes. Mais surtout, entre temps, d'autres projets bien plus importants ont émergé dont deux semblent se détacher. Il s'agit du dossier russe porté par Roman Dubov, président de la société Total Sport Investments, appuyé par le milliardaire russe Sergeï Lomakin, et du projet local de Serge Bueno, fondateur de l'entreprise Smart Goog Things.

Salgado évoque les ambitions du projet russe

Et les principaux candidats commencent à sortir du silence. C'est notamment le cas de Michel Salgado. L'ancien joueur du Real Madrid est effectivement le conseiller sportif de Roman Dubov, et il était présent à Geoffroy-Guichard en compagnie du président de Total Sport Investments dimanche pour assister à la défaite de l'ASSE contre le PSG (1-3). « C'était un voyage "loisir et business". Je travaille pour une holding de deux personnes russes, qui dirigent ce groupe, et nous avons plusieurs équipe en Europe », explique Michel Salgado dans une interview accordée à beIN SPORTS, avant de confirmer la volonté de TSI de racheter l'ASSE. « On cherche à entrer dans un pays comme la France avec de bons centres de formation. On a vu comment était Saint-Etienne en tant que club. Saint-Etienne nous plait aussi car il a un centre de formation très fort. On cherche un club qui forme et sort de bons joueurs, Saint-Etienne est l'un d'eux », ajoute-t-il. Par conséquent, Michel Salgado officialise la candidature du projet russe porté par Roman Dubov et le milliardaire Sergeï Lomakin, 986e fortune mondiale selon le magasine américain Forbes.

Bueno veut créer la surprise

Mais les Russes ne seront pas seuls. En effet, un projet local, cher à Roland Romeyer, est en train de voir le jour. L'Equipe révélait dans ses colonnes que Serge Bueno, fondateur de l'entreprise Smart Good Things, avait la ferme intention d'éviter que l'ASSE passe sous pavillon étranges. Et pour Le Progrès, l'homme d'affaires franco-israélien a confirmé qu'il allait transmettre une offre. « Parce que c’est le club de mon enfance, parce que c’est le club qui a décomplexé le football en France dans les années soixante-dix. On ne va pas laisser filer ce club, ce patrimoine, qui est le phare de la ville, le phare du département. Je ferai une proposition dans les trente jours », assure-t-il avant de dévoiler les coulisses de ses deux rencontres avec Roland Romeyer : « Je lui ai présenté les grandes lignes de mon projet pour reprendre le club. Ce projet est porté par Smart Good Things et ses investisseurs actuels. Il n’y a pas un actionnaire unique, mais plusieurs, dont des fonds d’investissement. Nous ferons également appel au grand public. Notre offre sera supérieure au montant de la caution bancaire (ndlr : de 100 M€), car le club a besoin de plus pour sortir de l’ornière et s’installer durablement en L1. Vous savez, les gens opposent ; moi, je réconcilie et c’est ce que je fais de mieux. Je vais rassembler les gens et les fonds nécessaires pour racheter l’ASSE. Je vais mobiliser les entreprises, les décideurs locaux, parce qu’on ne peut pas laisser partir à l’étranger ce monument national qu’est l’ASSE. Je serai bien sûr actionnaire majoritaire via ma société. Mais je n’en fais pas une histoire d’ego. Il y a quelques bons professionnels au sein du club. On verra qui on mettra. » Par conséquent, Roland Romeyer et Bernard Caïazzo s'apprêtent recevoir au moins deux offres pour la vente de l'ASSE. Et ce n'est peut-être pas tout puisque deux entreprises américaines, 777 Partners et Terrapin, sont également dans le coup.

Articles liés