Accès direct au contenu

  1. 21h35 Wimbledon : Cette scène surréaliste durant la victoire de Rafael Nadal (vidéo)
  2. 21h30 Mercato : PSG, Barcelone... Laporta lance un ultimatum à Dembélé pour son transfert
  3. 21h15 Mercato - PSG : Une nouvelle option pour le transfert de Navas ?
  4. 21h10 Mercato - OM : Mertens, Dybala… Coup de tonnerre à l’OM
  5. 21h00 Mercato - OM : Rennes s’enflamme pour le transfert de Mandanda
Foot - Mercato - ASSE

Mercato - ASSE : La vente du club est en grand danger !

Bien que le processus de vente de l'ASSE soit lancé depuis le 14 avril, les Verts n'ont toujours pas changé de propriétaires et Bernard Lions dresse un constat accablant de la situation.

L'année 2022 sera-t-elle enfin celle de la vente de l'ASSE ? Difficile à dire aujourd'hui, mais Bernard Caïazzo et Roland Romeyer ont pourtant lancé le processus le 14 avril dernier et n'ont toujours pas trouvé le repreneur idéal. Plusieurs projets sont encore en course à l'image de celui porté par Roman Dubov et Sergeï Lomakin, ou le projet local de Serge Bueno et Olivier Markarian. Cependant, Bernard Lions, invité de l'émission Sainté Inside Show sur Twitch, se montre très pessimiste sur ce dossier.

«C'est un club qui est en danger de mort»

« C'est au point mort pour la simple et bonne raison que si t'es vendeur, c'est tout sauf le bon moment pour vendre. Et si t'es acheteur, c'est tout sauf le bon moment pour acheter. Le maintien décisif pour la vente ? Il n'y a pas que la Ligue1 ou la Ligue 2. Je pense qu'à un moment les gens n'ont pas bien conscience de la situation. C'est un club qui est en danger de mort. Le jeu est très simple, on a voulu calmer les supporters en mettant le club en vente le 14 avril. Regardez ce qui s'est passé à Bordeaux. King Street a monté un dossier et créé une Data Room avec les dossiers comptables et juridiques. Résultat, la vente a été réglée en trois mois. Parce qu'ils voulaient vraiment vendre. A Saint-Etienne on a sorti cet espèce d'épouvantail pour calmer les supporters et au final, ça n'a fait qu'une chose, énerver tout le monde », assure le journaliste de L'Equipe.

Articles liés