Accès direct au contenu

Foot - Etranger

Etranger : Cette énorme prise de position de Mino Raiola sur la Super Ligue !

Alors que le projet de la Super Ligue européenne ne devrait pas voir le jour à court terme, Mino Raiola ne cache pas que ce tournoi ne serait pas pour lui déplaire.

Longtemps considéré comme étant un serpent de mer, le projet de la Super Ligue européenne a été lancé par douze écuries il y a deux semaines, avec le Real Madrid et la Juventus en chefs de file. Seulement voilà, quelques heures après l’annonce de la compétition, cette dernière s’est littéralement écroulée. Les six clubs anglais impliqués (Manchester City, Manchester United, Liverpool, Arsenal, Tottenham et Chelsea) ont tour à tour quitté la compétition, de même que l’Inter et l’Atlético de Madrid, tandis que la Juventus et l’AC Milan ont pris du recul sur la chose. Ainsi, il ne reste actuellement que le Real Madrid et le FC Barcelone dans la compétition qui ne devrait pas voir le jour à court terme, au grand dam de Florentino Pérez qui n’a eu de cesse d’insister sur les mérites de ce projet dans un contexte où le football est en crise financière en raison du passage de la pandémie de Covid-19.

« J’ai une opinion radicalement différente de celles des autres »

Et si bon nombre d’observateurs du football ont fustigé le projet de cette Super Ligue européenne, ce n’est clairement pas le cas de Mino Raiola. En effet, à l’occasion d’un entretien accordé à AS paru ce samedi, le célèbre agent représentant les intérêts d’Erling Haaland, de Paul Pogba ou encore de Zlatan Ibrahimovic a admis ne pas être opposé à l’idée. « J’ai une opinion radicalement différente de celles des autres. J'ai toujours mené une bataille contre la FIFA, contre cette mentalité monopolistique que je n'aime pas. Nous n'avons pas besoin de la FIFA pour jouer au football... Mais ma grande observation concernant la Super League est que les organisateurs ont voulu se passer de la Ligue des champions pour la jouer. Et c'est une erreur. Le mot clé ici est "aussi". Ferrari peut aller avec une voiture en Formule 1 et avec une autre à LeMans, pourquoi Madrid ne peut-elle pas jouer dans la Ligue des champions et dans la Super Ligue ? Ce serait l'expérience la plus merveilleuse du monde du football. Avoir deux tournois, la Ligue des champions et la Super Ligue. Et laisser le public décider lequel des deux lui plaît le plus. Si j'étais propriétaire d'un club, je voudrais que mon équipe joue la Superliga et aussi la Ligue des champions... Et bien sûr les ligues nationales. Pour les joueurs, ce serait bien, et pour les fans aussi. Cette concurrence obligerait les organisateurs à rendre les tournois vraiment attrayants. Pas aujourd'hui, si quelqu'un veut voir du football de haut niveau, il a la Ligue des champions... et c'est suffisant », a expliqué Mino Raiola.

« C'est la Ligue des champions elle-même et le fair-play financier qui ont créé les différences entre les grands et les petits clubs »

« J'ai observé avec incrédulité les protestations dans les rues. Il s'agissait de protestations contre quelque chose qui n'avait pas encore été expliqué. Ils protestaient contre le sentiment d'une compétition fermée. Mais la Super League ne devrait pas être une obligation, hein ? Si vous la détestez, n'achetez pas les droits ou ne payez pas pour la regarder. Si vous voulez regarder... allez-y », ajoute même Mino Raiola, fustigeant ainsi l’attitude de certains supporters ayant manifesté contre le projet. Plus encore, si bon nombre de personnes ont qualifié ce projet d’égoïste et de cupide tant il ne servirait que les intérêts des grands clubs au détriment des écuries de moins grande envergure, Mino Raiola ne rejoint pas ce constat. « Faux. C'est la Ligue des champions elle-même et le fair-play financier qui ont créé les différences entre les grands et les petits clubs. La raison en est simple. Dans le cas de l'Espagne, ce sont presque toujours les six mêmes équipes qui s'engagent dans les compétitions européennes : Real Madrid, Atletico, Barcelone, Séville, Villarreal, Valence... Ce sont elles qui se partagent toujours les plus de cent millions que la Ligue des champions et l'Europa League offrent chaque année. Et l'écart avec les autres se creuse de plus en plus », estime Mino Raiola.

Articles liés