Accès direct au contenu

Qui à droite ?

EDF : Valbuena, Ménez ou Ben Arfa pour remplacer Nasri ?

Ben Arfa Menez

Laurent Blanc envisagerait sérieusement l’hypothèse de replacer Nasri au milieu de terrain lors du prochain match face à l’Ukraine. Ce qui ouvrirait la porte à un nouveau joueur sur le côté droit. Mais qui choisir ?

Hatem Ben Arfa (50% de chances)
 

Ses avantages : Avec Samir Nasri et Karim Benzema, Hatem Ben Arfa jouerait sur du velours puisqu’il connaît les deux joueurs par cœur. Sa capacité d’accélérateur, y compris dans des petits espaces, est également un gros atout, notamment face à une défense renforcée. En pleine bourre sur la fin de saison, il est peut-être celui des trois qui est arrivé le plus en forme à l’Euro. Ce serait dommage de ne pas en profiter sur la lancée.

Ses inconvénients : Face à l’Angleterre, Laurent Blanc a misé sur lui dans le dernier quart d’heure pour tenter de forcer la décision, et le résultat ne s’est pas fait sentir. En prime, Hatem Ben Arfa, en tant que gaucher, a une tendance régulière à revenir dans l’axe. Si Laurent Blanc décide de repositionner Nasri dans l’axe, c’est sans doute aussi pour donner plus de largeur à son jeu avec un vrai joueur de côté. Avec Ben Arfa, ce n’est pas gagné.

Jérémy Ménez (30% de chances)

Ses avantages : Lui est droitier et peut rester pas trop loin de son aile si Laurent Blanc le lui demande. D’Ajaccio au Brésil, Jérémy Ménez est capable de dynamiter n’importe quelle défense et il a déjà prouvé en équipe de France qu’il pouvait apporter la petite étincelle décisive dans un match sans grand génie, comme au Stade de France face aux Brésiliens. Ménez est aussi un peu plus buteur que les deux autres, ce qui est un atout non négligeable.

Ses inconvénients : Ménez est un dynamiteur de défenses hors pair, certes, mais aussi d’un joueur qui a besoin d’espaces pour s’exprimer. Si les Bleus tombent, encore, sur une défense regroupée, les espaces seront minces... En plus d'une capacité à trop garder le ballon qui peut être terriblement agaçante, Jérémy Ménez n’est pas non plus un grand fan du travail défensif, et Debuchy devrait se sentir bien seul. Enfin, malgré son but face à l’Estonie, Ménez a été touché par les sifflets français à son encontre. Il est peut être celui qui est le moins en confiance.

Mathieu Valbuena (20% de chances)

Ses avantages : Si Ben Arfa et Ménez semblent plus en vogue que lui aux yeux du sélectionneur Laurent Blanc, Mathieu Valbuena reste pourtant celui qui n’a jamais déçu en Bleu. Bosnie, Angleterre, Allemagne. Sur les trois matchs références des Bleus, Valbuena s’est montré brillant, voire le meilleur. Son entente avec Mathieu Debuchy s’est en prime révélée excellente, ce qui éviterait au jeu des Bleus de pencher trop à gauche. Sa capacité à dribbler dans des petits espaces et son travail défensif sans jamais rechigner sont deux autres atouts intéressants.

Ses inconvénients : Malgré sa grande combativité, Valbuena n’a dans les pattes ni le talent intrinsèque de Ben Arfa, ni celui de Ménez. Valbuena n’a pas la capacité de faire basculer un match individuellement sur un coup de génie. Valbuena, au contraire des deux autres, n’a pas non plus la capacité d’apporter quelque chose dans le jeu dans la profondeur. Il reste beaucoup limité au jeu dans les pieds.