Accès direct au contenu

Belle charnière

EDF : Sakho, Yanga-Mbiwa, Jallet, les bonnes surprises

Didier Deschamps

Didier Deschamps a tenté quelques paris lors de cette première face à l’Uruguay. Et certains choix du nouveau sélectionneur se sont montrés plutôt payants.

Sakho-Yanga-Mbiwa, du costaud
Privé de Rami et Koscielny (blessés) mais aussi de Philippe Méxès (totalement hors de forme), Didier Deschamps avait décidé de miser sur une charnière Sakho-Yanga-Mbiwa. Un choix totalement gagnant qui devrait donner quelques certitudes à Didier Deschamps pour l’avenir. Certes, les deux hommes présentent des profils similaires, mais la solidité qu’ils ont affiché durant quasiment toute la rencontre, excepté un marquage un peu lâche de Sakho sur Abreu à 20 mn de la fin, a été particulièrement intéressante. Costauds dans les duels, que ce soit au sol ou dans les airs, le Montpelliérain et le Parisien ont rassuré. Et montré à Didier Deschamps que le talent pouvait compenser le manque d’expérience, même si Forlan et Abreu n’ont pas la qualité du duo uruguayen habituel : Suarez-Cavani.

Jallet-Capoue, les bonnes découvertes
Par contrainte (Jallet) ou par choix (Capoue), Didier Deschamps a lancé deux petits nouveaux dans l’arène. Deschamps n’a certainement pas eu à le regretter. Christophe Jallet a été le premier à entrer et le meilleur latéral droit de France, dixit Carlo Ancelotti, a fait honneur à sa première apparition sous le maillot bleu. Plutôt solide derrière, Jallet a également eu son apport habituel sur le côté droit, alors qu’Alvaro Pereira est plutôt un client. Etienne Capoue, de son côté, est entré à la place d’un Rio Mavuba plutôt discret, et il faut avouer que la différence s’est sentie. Dur dans les impacts, récupérant plusieurs bons ballons, Capoue a eu en prime le souhait constant de jouer vers l’avant. Une première intéressante.

Valbuena ne faiblit pas
Boudé par Laurent Blanc alors qu’il avait été brillant dans tous les matchs références des Bleus dans les deux dernières années (Bosnie, Angleterre, Allemagne), et voyant arriver un sélectionneur (Didier Deschamps) qui avait commencé son histoire à l’OM en voulant l’expédier ailleurs, Mathieu Valbuena aurait eu de quoi trainer les pieds à l’heure de revêtir à nouveau le maillot bleu. Pourtant, une fois encore, Valbuena n’a pas déçu. Bougeant constamment, se créant même l’une des plus belles occasions du match (une volée repoussée par Muslera), Valbuena a affiché ses prétentions pour être le pendant régulier de Ribéry.