Accès direct au contenu

Statut privilégié

EDF : Nasri mérite-t-il sa place de titulaire ?

Samir Nasri

Ce soir, contre l’Estonie (21h), Laurent Blanc alignera Samir Nasri au milieu de terrain, pour animer le jeu. Une place de titulaire que le « minot » devrait vraisemblablement garder pendant l’Euro. Mais mérite-t-il la confiance du sélectionneur? Est-il vraiment devant la concurrence des Ben Arfa, Ménez ou Valbuena ?

« Peut mieux faire ». Voilà les mots prononcés par Laurent Blanc pour qualifier la performance de Samir Nasri contre la Serbie (2-0). Le sélectionneur n’a pas été convaincu par l’ancien marseillais, qui n’a joué que durant la première demi-heure, avant de s’éteindre. Pourtant, le Citizen sera bien titulaire ce soir, contre l’Estonie, dans un onze qui devrait ressembler à celui du 11 juin contre l’Angleterre. Alors pourquoi Laurent Blanc, pourtant si peu satisfait des prestations d’ensemble de Samir Nasri, continue-t-il de le titulariser ?

Un vrai casse-tête pour Blanc
Sur le flanc droit, la concurrence est de taille, avec Hatem Ben Arfa, Jérémy Ménez et Mathieu Valbuena. Ces hommes ont tous des qualités de perforation connues, mais aussi des défauts qui peuvent faire pencher la balance en leur défaveur. Malgré cela, Nasri part toujours avec une longueur d’avance. Ben Arfa, qui a fait une belle deuxième partie de saison avec Newcastle, ne semble pas avoir 90 minutes dans les jambes, et représente plutôt une alternative pour les fins de match. Ménez a été l’un des grands artisans de la 2ème place parisienne, créant souvent le décalage et parvenant régulièrement à marquer. Mais le Francilien a été critiqué pour avoir trop gardé le ballon, un point qui doit refroidir Laurent Blanc. Valbuena, lui, a été l'un des rares Marseillais à surnager, terminant deuxième meilleur passeur de L1. Mais le « lutin » ne va-t-il pas exploser physiquement dans une compétition comme l’Euro, notamment avec des adversaires comme les Anglais ?

Reste donc Nasri, le numéro 1 de Blanc, notamment grâce à son entente avec Ribéry et Benzema qui « peut mettre à mal n’importe quelle défense » selon le technicien. Habitué au jeu anglais, son titre de champion d’Angleterre parle pour lui. Mais il faut voir qu’il est plus dû au rendement des Agüero, Silva ou autre Tévez, Nasri ayant souvent été critiqué par son entraîneur Roberto Mancini. De plus, rares ont été ses bonnes performances sous le maillot bleu. En tout cas, la recherche du milieu droit va sûrement se révéler être un vrai casse-tête pour Laurent Blanc. Le Président a encore ce soir pour se faire une idée définitive…

Rémi dos Santos