Accès direct au contenu

Charnière

EDF : Koscielny-Sakho, un choix logique ?

koscielny

La charnière centrale constitue l’un des choix importants que devra faire Didier Deschamps avant d’affronter le Japon. Car la semaine d’après, elle devra faire face à l’Espagne.

Didier Deschamps aurait sans doute préféré une préparation plus aisée avant le choc du groupe des éliminatoires de la Coupe du Monde 2014. Privé de Mapou Yanga-Mbiwa, suspendu, il a à sa disposition trois joueurs pour former l’axe central de sa défense : Adil Rami, Laurent Koscielny et Mamadou Sakho. Le défenseur central du PSG, titularisé en compagnie du Montpelliérain lors des deux premières sorties de Deschamps, devrait logiquement tenir sa place. Le choix devra donc se faire entre Rami et Koscielny.
L’entrainement d’hier a donné les premières indications . D’un côté, Didier Deschamps a associé Koscielny et Sakho avec le toulousain Etienne Capoue en sentinelle et Lloris dans les buts. Rami était lui associé à Yanga Mbiwa dans l’autre équipe. La première charnière devrait donc évoluer face au Japon et à l’Espagne car le sélectionneur souhaite évidemment qu’elle prenne ses repères pour résister au mieux à l’armada offensive espagnole : « A partir du moment où il y a une charnière nouvelle, il est important d'avoir des repères. Après, je ne sais pas si ce sera sur tout le match ou pas. Mais l'un des intérêts du match contre le Japon, c'est de trouver des repères » avait déclaré le sélectionneur lors de l’annonce de la liste des joueurs retenus.

Un choix logique ?
Le duel entre Rami et Koscielny est intéressant car les deux joueurs présentent des caractéristiques et des qualités différentes. Si Rami mise tout sur la puissance et l’engagement, le Gunner présente plus de qualités techniques et de placement. Sa relance est notamment appréciée et une titularisation irait dans le sens des déclarations de Deschamps : « Il ne faut pas se contenter de défendre. Il faudra être très bon dans l'utilisation du ballon ». Une maitrise du ballon qui commence par la relance des défenseurs centraux. Contrairement aux deux autres solutions, la paire Koscielny-Sakho n’a jamais été alignée en Equipe de France. Mais elle présente l’alternative la plus crédible en l’absence de Yanga-Mbiwa.
Il faut dire que le début de saison d’Adil Rami ne plaide pas en sa faveur. Ses performances sont à l’image de son équipe, à la peine en Liga, même si l’ancien Lillois plaide le contrecoup de la saison dernière. Koscielny s’impose lui de plus en plus dans l’axe de la défense londonienne et sa titularisation face à l’Espagne lors du quart de finale de l’Euro pourrait lui servir. Adil Rami avait été alors aligné à ses côtés mais au final la réussite ne fut pas au rendez-vous.

Didier Deschamps semble avoir choisir sa charnière, il lui reste encore l’animation offensive à définir.