Accès direct au contenu

Sans langue de bois

EDF - Benzema : « Avec Giroud, on peut jouer ensemble »

Non retenu par Didier Deschamps pour affronter l'Italie (le 14 novembre) en amical, suite à une blessure aux adducteurs, Karim Benzema s'est étonné des critiques à son égard. Le Madrilène, interrogé par L'Equipe, a défendu son bilan au Real Madrid et chez les Bleus.

« A moi de ne pas lâcher »
On le croyait bien parti pour réaliser une saison pleine. Karim Benzema allait, de l'avis de tous, surfer sur les bases de son dernier exercice avec le Real Madrid. Mais après quatre mois de compétitions, la réalité est toute autre. Le Français n'a débuté que 5 des 12 matchs du club madrilène auxquels il a participé, moitié moins que Gonzalo Higuain. Pas de quoi se satisfaire de pareil traitement : « J’ai passé plus de temps sur le banc que sur le terrain (...) Je ne vais pas dire que c’est un très, très bon début de saison mais il faut aussi avoir du temps de jeu. Je n’en ai pas eu forcément beaucoup. Il y a un choix de l’entraîneur et il faut faire avec. A chaque fois que je joue, j’essaie de marquer (ndlr : trois buts, un en Liga et deux en Ligue des Champions) ou de faire des passes décisives. A moi de ne pas lâcher, ce que je fais. »

« On attend beaucoup de moi »
Pourtant, s'il ne jouit pas d'un statut de titulaire indiscutable en Espagne, l'ex-Lyonnais est bel et bien le numéro un en équipe de France. Et comme tout leader, Benzema n'échappe pas aux remarques sur ses prestations en demi-teinte. Des critiques, parfois acerbes, auxquelles il a tenu à répondre. « Marquer des buts ? C’est vrai que je n’en marque pas autant qu’à Madrid mais je participe beaucoup au jeu, j’essaie de créer des espaces pour les autres, a-t-il expliqué. Je ne suis pas quelqu’un qui entre sur un terrain en se disant : 'Voilà, je suis là pour marquer mon but ! Il faut que je marque mon but et je m’en fous du reste'. Bien sûr qu'il faut être efficace (..) Mais ça va venir. » Conscient qu'on ne le lui laissera pas tout le temps qu'il aimerait avoir, le joueur formé dans le Rhône a assuré -avec un brin d'humour- qu'il n'était pas le genre d'homme à fuir ses responsabilités. « A chaque fois que je suis en sélection, il faut être décisif. Bon ! Il faut croire qu’une passe décisive ça ne suffit pas (sourire). Donc il faut faire une passe décisive et deux buts ! Je sais qu’on attend beaucoup de moi (…) Mais je ne peux pas faire gagner un match à moi seul, j’ai besoin de toute une équipe pour ça. »

« Avec Giroud, c'était difficile »
Et justement, quand L’Equipe le questionne sur son association -prometteuse mais décriée- avec Olivier Giroud, Benzema ne change pas d’un iota sa position initiale. « Je pense qu’on peut jouer ensemble, on peut se trouver facilement », a-t-il répété. Mais pourquoi ce duo tarde à trouver sa vitesse de croisière ? « C’est arrivé face à des adversaires très regroupés derrière… et on nous a jugés à chaque fois sur quarante-cinq minutes. C’était difficile », a-t-il avancé. Lui, en tout cas, il y croit. C'est déjà ça.

Découvrez Le 10 Sport de cette semaine, en kiosques ou en ligne