Cyclisme
Cyclisme : Dopage, disqualification..., Quintana sort du silence

Ce mercredi, le coureur du Team Arkéa-Samsic Nairo Quintana a été disqualifié du Tour de France qu'il avait terminé en sixième position. Le grimpeur colombien a été contrôlé positif à un anti-douleur interdit par l'UCI durant la Grande Boucle. Mais Quintana nie avoir fait l'usage de ces produits à travers un communiqué publié sur ses réseaux sociaux. 

La bombe a été lâchée ce mercredi après-midi par l'UCI : Nairo Quintana a été contrôlé positif à deux reprises au Tramadol durant le Tour de France. Moins d'un mois après la fin de la Grande Boucle, le grimpeur colombien a été déclassé de celle-ci. Une mauvaise nouvelle pour le monde du cyclisme en général qui doit à nouveau faire face à un soucis de propreté de ses coureurs. Cependant, le Tramadol n'est pas considéré comme un produit dopant par l'UCI et le coureur ne sera donc pas suspendu. Nairo Quintana nie fermement avoir fait usage de cet anti-douleur via ses réseaux sociaux et a désormais dix jours pour faire appel de sa sanction auprès du Tribunal Arbitral du Sport

«Je ne suis pas au courant de l'usage de cette substance»

Dans un communiqué publié en début de soirée sur ses réseaux sociaux, Nairo Quintana dément les accusations dont il fait l'objet et maintient sa participation à la prochaine Vuelta. « Aujourd'hui, j'ai appris avec surprise l'annonce de l'UCI d'une infraction pour usage de Tramadol. Je ne suis pas au courant de l'usage de cette substance et je nie totalement l'avoir utilisée pendant ma carrière. Avec mon équipe d'avocats, on commence à exploiter toutes les voies possibles pour assurer ma défense. Je veux aussi dire que je serai présent sur la Vuelta, sur mon vélo, pour donner le meilleur de moi-même pour mon équipe, mon pays et mes fans » écrit le Colombien. 

L'UCI précise son action

L'Union Cycliste Internationale a publié un communiqué qui détaille les faits reprochés à Nairo Quintana. « L'Union Cycliste Internationale (UCI) annonce que le coureur colombien Nairo Alexander Quintana Rojas a été sanctionné pour une infraction à l'interdiction d'utiliser le tramadol en compétition telle qu'énoncée dans le Règlement médical de l'UCI dans le but de protéger la sécurité et la santé des coureurs compte tenu des effets secondaires de cette substance. Les analyses de deux échantillons de sang séché fournis par le coureur les 8 et 13 juillet lors du Tour de France 2022 ont révélé la présence de tramadol et de ses deux principaux métabolites. Conformément au Règlement Médical UCI, le coureur est disqualifié du Tour de France 2022. Cette décision pourra faire l'objet d'un recours devant le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) dans les 10 jours suivants. Lors du Tour de France 2022, un total de 120 échantillons de sang séché ont été prélevés dans le cadre du programme tramadol. Les infractions à l'interdiction d'utiliser le tramadol en compétition sont des infractions au Règlement Médical de l'UCI. Ils ne constituent pas des violations des règles antidopage. S'agissant d'une première infraction, Nairo Alexander Quintana Rojas n'est pas déclaré inéligible et peut donc participer aux compétitions » peut-on lire dans le communiqué de l'UCI. 

Une sanction qui intervient au mauvais moment

Le rapport de l'UCI n'intervient pas au meilleur des moments... En effet, le Team Arkéa-Samsic venait d'annoncer la prolongation du coureur jusqu'en 2025. Cependant, l'équipe bretonne devrait maintenir la présence du Colombien sur la Vuelta.