Accès direct au contenu

PERLE LATINE

Suazo lhomme que l’OM aurait pu recruter

En manque de génie offensif la saison passée (déjà), l'OM s'était renseigné sur le Chilien Nelson Humberto Suazo, prêté cette semaine par le club mexicain de Monterrey au Real Saragosse. Pourquoi ne pas l'avoir relancé ?

222 matches, 154 buts !
Son homonyme David Suazo, l’excellent attaquant hondurien appartenant à l’Inter Milan et prêté au Genoa, lui a toujours volé la vedette en Europe. Pas en Amérique du Sud. Nelson Humberto Suazo est une star sur le continent américain. Et une star sait construire sa propre légende. L’attaquant chilien de Monterrey, arrivé au Mexique en 2007, caracole en tête du classement des buteurs depuis deux saisons. En 222 matches officiels dans sa carrière, Suazo a inscrit 154 buts ! Ni plus ni moins. En 2006, il fut même considéré par l’IFFHS comme le meilleur buteur du monde et a terminé les phases qualificatives du Mondial en Afrique du Sud avec 10 réalisations. Soit deux de mieux que Luis Fabiano et Diego Forlan.

Il vaut 10 millions d’euros
L’ancien goleador de Colo Colo, auteur de 17 pions sous le maillot chilien, est une pointure, un vrai Monsieur malgré son petit 1,73m. Le Real Saragosse, qui devrait débourser près de 10 millions d’euros dans quelques semaines pour lever son option d’achat, ne s’y est pas trompé. L’Olympique de Marseille, oui. Selon nos informations, il avait été proposé aux dirigeants marseillais la saison dernière mais ces derniers, intéressés dans un premier temps, n’avaient pas donné suite. Le joueur a, il est vrai, son caractère. Comme tout attaquant sud-américain qui se respecte, il a le sang chaud (il aurait fait la grève de l’entraînement en début de saison pour des causes encore inexpliquées selon la presse locale). Mais quand il joue, c’est autre chose.

«Rapidité d’exécution phénoménale»
«Dans les petits espaces, c’est l’un des meilleurs joueurs que je n’ai jamais vus, nous assure une source proche du dossier. Il est très, très technique. Il a une rapidité d’exécution phénoménale, avec des enchaînements contrôles-frappes stupéfiants». Stupéfiant, comme une autre ligne de son CV. Fin décembre, il a ainsi squatté la troisième place du classement du meilleur joueur sud-américain de l’année derrière l’intouchable argentin Juan Sebastien Veron et l’Equatorien Edison Mendez. Alors pourquoi avoir attendu 28 ans pour tenter (enfin) sa chance sur le Vieux Continent ? Car pour l’instant, il évoluait dans deux clubs huppés d’Am’Sud avec autant de contrats juteux à la clé. Et maintenant, il semble enfin mûr. Bien, bien mûr. Et l’OM doit être vert. Bien, bien vert.

Pot-pourri des perles de Suazo :

Chef d’oeuvre de Suazo contre le Brésil (2007) :