Accès direct au contenu

Foot - Mercato - Barcelone

Mercato - Barcelone : Demission, motion de censure… Bartomeu sort du silence !

Ce lundi, Josep Maria Bartomeu a fait le point sur sa situation et sur son avenir, alors qu’un vote de défiance devrait avoir lieu dans les prochains jours afin de sceller son futur au poste de président du FC Barcelone.

Président du FC Barcelone depuis janvier 2014, Josep Maria Bartomeu pourrait ne pas passer l’année à son poste. La fin de saison décevante de l’équipe première et le feuilleton Lionel Messi ont laissé des traces et ont placé le dirigeant dans une situation inconfortable. Alors que le club connait de gros problèmes financiers, Bartomeu a perdu la confiance des socios. Les opposants au président actuel ont réussi à obtenir un nombre suffisant de signatures pour déclencher le vote d’une motion de censure qui pourrait précipiter son départ. Toutefois, la presse espagnole indiquait que le responsable catalan pourrait quitter son poste ce lundi, notamment si la Generalitat de Catalogne maintenait le vote de défiance les 1 ers et 2 novembre. Finalement, Josep Maria Bartomeu est resté à son poste. Mais pour combien de temps encore ?

« La démission ne m'a jamais traversé l'esprit »

Présent en conférence de presse ce lundi, le responsable catalan a indiqué qu’il n’a jamais eu l’intention de démissionner : « La démission ne m'a jamais traversé l'esprit. Pour Barcelone, pour le club, pour l'équipe, avoir Messi et sa retraite ici est la meilleure option pour tout le monde. L'équipe avec le nouvel entraîneur et les nouveaux joueurs sont en train de construire un très bon projet, avec des moments de grand jeu. Le désir est toujours là ». Néanmoins, Josep Maria Bartomeu pourrait être contraint de quitter son poste après le vote de défiance. Le responsable est revenu sur la motion de censure dont il fait l'objet et a confirmé qu’il avait demandé à la Generalitat de Catalogne de reporter le referendum. « Nous avons demandé de reporter le vote aux 15 et 16 novembre, mais la Generalitat a rejeté la proposition. Dans le même temps, le président du gouvernement espagnol a décrété l’état d'alerte et un couvre-feu. Avec les mesures, nous avons envoyé une lettre pour demander si le vote aurait lieu les 1ers et 2 novembre. Dans ce cas, le vote serait au Camp Nou et nous avons demandé comment la sécurité de tous, électeurs et travailleurs pourrait être garantie. On attend la réponse de la Generalitat au cas où des problèmes juridiques et sanitaires surviendraient » a déclaré le président du FC Barcelone dans des propos rapportés par Sport.

Articles liés