Accès direct au contenu

Foot - PSG

PSG - Polémique : Comment le PSG pourrait contre-attaquer après la sanction infligée à Ibrahimovic

Après son coup de gueule envers l’arbitrage, Zlatan Ibrahimovic a écopé de quatre matchs de suspensions. Une sanction sévère pour le PSG qui pourrait contre-attaquer.

Alors que les rencontres vont s’enchaîner pour le PSG, Laurent Blanc devra faire sans Ibrahimovic pour les quatre prochains matchs de Ligue 1. Après cette décision de la Ligue, le club de la Capitale avait réagi dans un communiqué : « Le Club déplore l’acharnement dont est victime son joueur au regard de son immense contribution à l’image du football français ici et partout dans le monde ». Le PSG pourrait d’ailleurs ne pas en rester là dans cette affaire.

QUEL PLAN POUR LE PSG ?

Face à cette sanction jugée trop sévère, le PSG pourrait tenter de réduire la sanction infligée à Zlatan Ibrahimovic. Dans son édition du jour, Le Parisien fait le point sur les différentes solutions pour arriver à cette fin : « En théorie, trois solutions s'offrent au PSG : une saisie de la commission supérieure d'appel de la Fédération française de football (FFF) ou une demande directe de conciliation auprès du Comité national olympique et sportif français (CNOSF). Il reste enfin l'éventualité, face aux risques encourus notamment en termes d'image, de rester les bras croisés. La première voie, la plus classique, semblait exclue hier. La commission fédérale pourrait décider d'allonger la suspension d'Ibra de quatre à cinq matchs ».

VERS UNE DEMANDE DE CONCILIATION AUPRÈS DU CNOSF ?

Par la suite, le quotidien précise que la solution qui aurait le plus d’avantages serait de demander une conciliation auprès du CNOSF. Cela pourrait, en effet, suspendre la sanction d’Ibrahimovic : « Si le PSG transmet une demande officielle au CNOSF en début de semaine prochaine, une conciliation pourrait être ouverte avec la Ligue. Dans ce scénario, un conciliateur nommé par le CNOSF tenterait de trouver un terrain d'entente entre les deux parties en proposant une nouvelle sanction. Trois matchs ferme, par exemple, ou trois matchs ferme plus un avec sursis. La simple nomination d'un conciliateur aurait d'ailleurs pour effet immédiat de suspendre l'exécution de la suspension d'Ibra. Jusqu'à l'annonce d'une proposition de conciliation ». Affaire à suivre !

Articles liés