Accès direct au contenu

Foot - Mercato - PSG

Mercato - PSG - Lucas : « Je ne sens pas la pression des 40 M€ sur mes épaules »

Lucas, PSG

Si Lucas, l’attaquant du PSG, reconnaît une adaptation compliquée, il estime qu’il est en train de grandir et souhaite absolument s’imposer dans le club de la Capitale.

Rarement buteur depuis son arrivée au PSG, Lucas estime qu’il dispose d’autres qualités. « L'idée de dire que je ne marque pas beaucoup de buts, c'est vrai, elle s'est créée, mais je ne suis pas un buteur, a-t-il justifié dans un entretien accordé à ReutersJ'ai d'autres qualités et d'autres missions sur le terrain : aider l'équipe, apporter de la vélocité et des changements de rythme. Je veux apporter au PSG ce que je sais faire : changer de rythme, dribbler, créer des occasions pour l'équipe et pour les attaquants, donner des passes décisives et parfois aller jusqu'au but, aussi. »

« JE ME SENS TRÈS BIEN À PARIS »

« Pour l'adaptation, c'est un peu compliqué à cause de la langue, du climat et des coutumes. Quand je suis arrivé, j'étais très jeune, j'avais 20 ans. J'ai beaucoup travaillé depuis mon arrivée. J'ai appris beaucoup de choses ici, je suis en train de grandir, a insisté Lucas, qui s’est également confié dans les colonnes du 10 Sport de ce jeudi. Par exemple, au Brésil, je n'avais pas l'obligation de rester au marquage et de défendre autant. Maintenant, c'est quelque chose que je sais faire, une qualité que j'ai dans ma palette de joueur. Je me sens très bien à Paris, je suis très heureux. Sur la pelouse, je me sens bien. Je ne sens pas la pression du transfert de 40 millions d'euros sur mes épaules. J'ai envie de faire ma carrière ici. Je n'ai pas envie de partir. »

« JE NE CROIS PAS QUE CETTE SITUATION M’EMPÊCHERA DE JOUER LA COUPE DU MONDE »

Alors, de quoi s’inquiéter quant à sa présence au Brésil pour la Coupe du monde ? « Je ne m'inquiète pas. J'ai confiance en mon travail. C'est vrai que je ne suis pas tout le temps titulaire mais en Europe, et ici, au PSG, il y a beaucoup de turnover. Quand je joue, quand j'entre sur la pelouse, je me sens bien et je ne crois pas que cette situation m'empêchera de jouer la Coupe du monde, a précisé Lucas. Je remercie Dieu car j'ai une bonne famille, des bons amis. J'adore faire des barbecues avec mes amis brésiliens à Paris. Je joue au foot, je suis un grand privilégié et c'est pour ça que j'ai toujours le sourire. »

Articles liés