Accès direct au contenu

Foot - OM

Taxe à 75 % : Des supporters de l’OM s’invitent dans le dossier !

South Winners, OM

Si les réactions des dirigeants fleurissent, le groupe de supporters de l’OM, les South Winners, a aussi décidé de s’exprimer dans le dossier de la taxe à 75%.

En stand-by après la réunion à l’Elysée, les négociations autour de la taxe à 75% devraient continuer ces prochains jours. Pour le moment, la grève le weekend du 30 novembre est maintenue et ce mouvement est soutenu par les Winners : « Pour que la Ligue 1 continue de nous faire rêver un minimum, ce qui est déjà loin d’être le cas, et pour que l’OM soit toujours attractif et puisse rivaliser un minimum en France et en Europe, les South Winners soutiennent l’OM et les clubs de Ligue 1 dans leurs démarches » peut-on lire dans un communiqué.

« UN COUP DUR POUR LE PROJET SPORTIF »

Dans leur communiqué, les Winners ont décidé de répartir les répercussions en trois parties. La première concerne le plan économique : « Il est difficile d’appliquer uniformément une taxe sans prendre en compte les enjeux économiques pour les clubs. Si cette taxe venait à être appliquée, l’OM devrait payer dès le début de l’année 8 M€. Pour faire face à cette perte, le club serait peut-être dans l’obligation de vendre des joueurs rapidement. Un coup dur pour le projet sportif du club… auquel viendra se greffer la saison prochaine une forte augmentation du loyer du Vélodrome ! ».

« LA LIGUE 1 EST EN DANGER »

Les supporters phocéens poursuivent avec le plan sportif et insistent sur les inégalités en Ligue 1 : « Paradoxalement, cette taxe profite aux plus riches. Les inégalités vont s’amplifier dans le championnat français. Dans sa version actuelle, avec un plafond à 5% du chiffre d’affaire, le PSG payera 20 M€ au lieu des 40M€ initialement prévus dans le premier texte. Le cas de Monaco est encore pire, puisqu’en plus de déjà bénéficier d’avantages fiscaux pour les joueurs étrangers, le club de la principauté ne sera pas assujetti à cette fameuse taxe. On se dirige tout droit vers un championnat composé de deux grosses écuries aux finances illimitées et de dix-huit autres clubs de niveau CFA. La Ligue 1 est en danger. » Enfin, l’augmentation du prix des places et des abonnements est l’une des craintes des supporters : « Dans une ville comme Marseille, une flambée des prix pourrait voir disparaître la classe populaire du Vélodrome. »

Articles liés