Accès direct au contenu

Foot - OM

OM/OL - Clash : Aulas, arbitrage… L’OM sort du silence après l’Olympico !

Pendant que les dirigeants de l’OL, Juninho et Jean-Michel Aulas en tête, enchaînent les sorties musclées suite à l’Olympico perdu contre l’OM, le club phocéen a décidé de répliquer, notamment au sujet de l’arbitrage.

L’Olympico ne cesse de faire réagir. Et alors que Juninho et Jean-Michel Aulas n’ont pas caché leur frustration compte tenu de l’atmosphère générale qui a entouré ce choc au Vélodrome. Mais c’est surtout l’arbitrage qui a encore fait débat. Il faut dire que la direction technique de l’arbitrage a publiquement reconnu que le penalty transformé par Dimitri Payet aurait dû être annulé en raison d’une main préalable de Morgan Sanson qui était au duel avec Youssouf Koné. Le communiqué de la DTA n’a pas manqué d’être souligné par Jean-Michel Aulas, le président de l’OL. Discret jusqu’ici, l’OM « s’étonne que la direction technique de l’arbitrage ait pris des positions publiques à l’encontre d’une décision arbitrale 48 heures après une rencontre ayant opposé Marseille à Lyon » par le biais d’un communiqué dans lequel le club phocéen fait plusieurs propositions afin d’améliorer l’arbitrage et l’utilisation du VAR.

L’OM fait ses propositions pour l’arbitrage

« L’Olympique de Marseille souhaite que cette péripétie serve les intérêts et l’image du football français en ouvrant l’arbitrage à l’ère de la véritable transparence. Sur ce point, l’Olympique de Marseille souhaite élever le débat et propose que débute en étroite collaboration avec la direction technique de l’arbitrage une démarche structurée en direction de l’IFAB portant sur l’utilisation du VAR et prévoyant :
• La mise en place d’un microphone sur les arbitres permettant de diffuser en direct les échanges entre l’arbitre et les joueurs. Nul doute qu’un tel équipement faciliterait la paix des débats et qu’il représenterait un nouveau vecteur d’attractivité pour les diffuseurs,
• La possibilité de diffuser en quasi-direct ou léger différé les échanges entre l’arbitre central et les assistants VAR,
• La faculté de diffuser des ralentis sur les écrans géants des stades de façon à montrer au public que l’image n’explique pas tout, laisse toujours l’espace à l’interprétation et qu’en l’absence d’erreurs claires et manifestes, les changements de décisions grâce au VAR ne peuvent s’effectuer. Le rugby a déjà démontré depuis de nombreuses années l’efficacité de ces dispositifs.
• La production d’un rapport après chaque journée de championnat précisant les décisions arbitrales justement prises, les décisions manifestement erronées et les décisions qui auraient dû être prises, mais qui ne l’ont pas été », explique l’OM dans son communiqué publié sur le site officiel.

Articles liés