Accès direct au contenu

On fait le bilan, calmement

Rami Ribery Nasri Ce que France Croatie a appris a Blan

Le débat du côté gauche n'est pas prêt de s'arrêter. Adil Rami devient incontournable. Quant à Nasri, il a encore déçu. Quel bilan tirer de ce France-Croatie ?

Ribéry a mis une claque à Malouda
Il a beau être entré sous la bronca du Stade de France, Franck Ribéry a fait plaisir aux rares supporters qui étaient là pour l'encourager. Percutant, incisif à défaut d'être décisif, Franck Ribéry a montré que le côté gauche était bien son jardin. Une bonne demi-heure qui vient s'ajouter aux 20 minutes déjà très intéressantes face au Luxembourg. Et Florent Malouda dans tout ça ? L'ailier de Chelsea a eu la confiance de Blanc sur les deux matchs à gauche. Sur les deux rencontres, il a certainement été le Français le plus décevant. On parie qu'au prochain match des Bleus, Blanc tente de mettre Ribéry d'entrée ?

Nasri, un costume trop grand pour lui
Est-ce le fait de jouer sur le côté à Arsenal ou son intronisation comme cadre (voire capitaine) des Bleus qui a inhibé Samir Nasri ? En tout cas, on a attendu une nouvelle fois que le Gunner donne le tempo aux Bleus. Beaucoup plus à l'aise dans un rôle de dribbleur que de passeur décisif, Nasri a-t-il vraiment les qualités qui correspondent au poste de numéro 10 que souhaite Blanc ? Pas sûr, mais comme Yoann Gourcuff ne semble pas en mesure de le remplacer aujourd'hui...

Rami, un roc... presque indestructible
Dommage qu'il ait fini avec une épaule en vrac tant Adil Rami a montré tout au long de la rencontre qu'il avait définitivement acquis la dimension internationale. Implacable dans les duels, et homme le plus dangereux offensivement avec un bon coup de tête et une frappe enroulée sur le poteau, avant ce dernier retourné, Rami est définitivement un homme de base de Laurent Blanc. Et Dieu sait que Laurent Blanc en a besoin.

Hoarau et Koscielny ne servent à rien
Laurent Blanc avait pourtant promis que « tous les joueurs de champ joueraient sur l'un des deux matchs ». Finalement, Hoarau et Koscielny sont resté à quai. Mamadou Sakho a failli faire partie de la charrette, mais Adil Rami lui a donné un petit coup de pouce. Ou plutôt un coup d'épaule...

Rémy...
Rien de plus. Sa présence dans la liste de Laurent Blanc, au vu de ses performances avec l'Olympique de Marseille, ne s'imposait pas vraiment. En une occasion complètement loupée, il a donné du grain à moudre à ses détracteurs pour de longues semaines...