Accès direct au contenu

Pas vraiment populaires

Evra, Diarra, Martin : les trois risques de Blanc

Laurent Blanc, en communiquant sa liste définitive des 23 pour l'Euro, a pris trois risques, à des échelles différentes, qui vont être scrutés de très près.

Evra ne paie pas l’Islande
Alors que Yoann Gourcuff a semble-t-il payé cher le fait de ne pas avoir été convaincant dimanche soir, face à l’Islande, Patrice Evra, en revanche, est passé entre les gouttes malgré une prestation très décevante. Son attitude pas appréciée de tous devant la presse quelques jours plus tôt n’a semble-t-il pas été non plus relevée. Evra, définitivement appelé, a donc passé le test Blanc qui semble bien en faire son titulaire à gauche pour remplacer Eric Abidal. Au vu de l’amour que lui porte, actuellement, le public français, c’est un pari que Blanc ne doit pas perdre.

Diarra va devoir retrouver son niveau
Auteur d’une entrée convaincante face à l’Islande, Alou Diarra a été convoqué envers et contre toutes les critiques après une saison difficile avec l’Olympique de Marseille. Son entrée en jeu face à l’Islande, test athlétique, laisse penser qu’il aura certainement du temps de jeu (titulaire ') face à l’Angleterre puis la Suède. Là encore, Diarra est loin de remporter l’adhésion populaire, en attestent les sifflets du stade du Hainaut à son entrée samedi. S’il est aligné malgré les réserves sur sa forme actuelle, Diarra ne devra pas lâcher Blanc.

Martin, fraicheur ou inexpérience ?
Encore un joueur dont la saison n’a pas été des plus extraordinaires mais qui a été plutôt convaincant sous Blanc. Le sélectionneur doit se souvenir de la fraicheur qu’il avait apporté lors de la tournée de l’Est et son profil, qui se rapproche des milieux espagnols, doit forcément donner des idées à Blanc. Néanmoins, l’inconvénient de la fraîcheur est l’inexpérience. Avec quelques sélections et des matchs avec Sochaux, Martin n’a pas l’expérience pour une compétition du calibre de l’Euro. Mais Franck Ribért l’avait-il en 2006 ? C’est certainement ce qu’a dû se dire Blanc, qui a préféré mettre de côté son entrée timide face à l’Islande.