Accès direct au contenu

Qui sera présent ?

EDF : quelle équipe type pour lEspagne ?

Didier Deschamps

C’est aujourd’hui que Didier Deschamps a dévoilé la liste des joueurs présents lors des prochains rendez-vous de l’équipe de France. Mais si le sélectionneur ne veut pas occulter l’amical contre le Japon, toutes les têtes sont tournées vers le choc contre l’Espagne, le 16. Avec qui ?

Gardien :
Postulants : Hugo Lloris, Steve Mandanda, Mickaël Landreau
C’est l’un des postes qui posent le plus de problèmes ces derniers temps. Entre le temps de jeu de Lloris, la boulette de Mandanda et les performances en demi-teinte de Landreau, Didier Deschamps va devoir trancher difficilement. Pourtant, à Vicente-Calderon, il faudra un dernier rempart solide, capable de résister aux (nombreux) assauts ibériques, un peu à la manière de Giorgi Loria. Le portier géorgien avait tout repoussé lors de Géorgie-Espagne le mois dernier (0-1), avant de sortir sur blessure. Malgré tout, Deschamps fait toujours confiance à son choix numéro 1, Hugo Lloris. Le sélectionneur a même déclaré en conférence de presse que « le fait qu’il ne joue pas à Tottenham ne me pose pas problème ». Avantage : Lloris.

Arrière gauche :
Postulants : Patrice Evra, Gäel Clichy
C’est une question qui divise le football français : Patrice Evra doit-il passer devant Gaël Clichy ? Oui, répondent ceux qui lui en veulent d’en dire trop parfois, mais surtout ceux qui lui reprochent encore Knysna pendant la dernière Coupe du monde. Pour d’autres, le Citizen n’a pas le niveau pour déloger celui qui a tout gagné avec Manchester United depuis son arrivée en janvier 2006. Malgré tout, à 31 ans, Evra semble accuser le coup et fait parfois des erreurs qu’il ne commettait pas dans le passé. A l’inverse, Clichy s’affirme comme le titulaire à gauche de la défense des champions d’Angleterre en titre. Pourtant, La Desch’ semble avoir une préférence pour l’ancien Monégasque, qu’il a eu sous ses ordres de 2002 à 2005. Avantage : Evra.

Arrière droit :
Postulants : Christophe Jallet, Mathieu Debuchy
Avec le retour de Debuchy, Anthony Réveillère ne fait pas partie de la liste. Pourtant, si le Lillois est appelé, il n’est pas aussi convaincant que ces deux dernières saisons. Et sa blessure au talon en début de saison (lors de France-Uruguay) ne l’a pas aidé. Tout comme les résultats de son club (15ème de Ligue 1, dernier en Ligue des Champions). Il ne faut pas oublier non plus que son dernier match contre l’Espagne n’avait pas été un grand souvenir pour lui. De son côté, le Parisien est capitaine et titulaire dans un club rempli de stars. Il aligne les bonnes performances et a même marqué un énorme but contre la Biélorussie. Avantage : Jallet.

Défense centrale :
Postulants : Mamadou Sakho, Laurent Koscielny, Adil Rami
Mapou Yanga-Mbiwa a certes été appelé, mais il est suspendu pour le match contre l’Espagne. Didier Deschamps a donc trois possibilités pour composer sa charnière. De retour, Adil Rami, dont les dernières performances en Bleu n’ont pas convaincu, espère bien retrouver sa place de titulaire. Mais il a été handicapé par une blessure récemment, il pourrait manquer de rythme, alors qu’il faudra tenir 95 minutes à fond contre l’Espagne. A nouveau dans le onze initial d’Arsenal, Laurent Koscielny rejoue depuis deux semaines maintenant, mais il alterne le bon (but contre City) et le moins bon (il ne marque pas bien Torres sur le premier but de Chelsea). L’erreur ne sera pas pourtant pas de mise, le 16. Mamadou Sakho, lui, a subi l’arrivée de Thiago Silva, Alex étant préféré au Français aux côtés de l’ancien Milanais. Pourtant, il est l’auteur de prestations solides depuis le début de saison, notamment hier contre Porto. Avantage : Sakho, Koscielny.

Milieux défensifs :
Postulants : Maxime Gonalons, Blaise Matuidi, Etienne Capoue, Lassana Diarra
Au poste de récupérateur, Didier Deschamps a appelé du monde. Car il aura besoin de joueurs capables d’empêcher le jeu espagnol de se mettre en place. Mais faire le bon choix ne sera pas facile. S’il brille depuis deux saisons maintenant avec Lyon, Maxime Gonalons n’a pas un grand vécu international, même s’il est aguerri aux joutes européennes. C’est pire encore pour Etienne Capoue, qui ne compte que 7 matchs en C3, et qui est en Bleu seulement depuis l’arrivée de Deschamps. Blaise Matuidi s’installe lui de plus en plus dans le onze parisien, et livre des prestations assez impressionnantes sous le maillot Rouge et Bleu, mais n’a pas non une grande expérience sous le maillot national. Et la grande surprise pourrait venir de Lassana Diarra, invité surprise de la liste de l’ancien entraîneur marseillais. Même parti à l’Anzhi Makhachkala, l’ancien Madrilène possède « un gros vécu international » dixit le Basque. Et il a l’avantage d’avoir côtoyé les joueurs de la Roja pendant quelques saisons, ce qui pourrait être un avantage dans l’optique de la récupération. Avantage : Diarra.

Milieux centraux :
Postulants : Yohan Cabaye, Moussa Sissoko, Blaise Matuidi
Leur rôle sera de servir les trois attaquants en bons ballons. Mais ils devront aussi défendre, et même plus souvent car comme l’a dit Deschamps, « les Espagnols auront plus souvent le ballon ». Véritable métronome à Newcastle, et révélation de l’Euro 2012 côté français, Yohan Cabaye semble bien parti pour rester titulaire, et affronter une nouvelle fois l’équipe espagnole. Même s’il sera moins utile à la défense, la justesse de son jeu de passes pourrait créer des décalages. Moussa Sissoko, rappelé après 2 ans d’attente, a eu beau jouer 200 matchs avec le Toulouse FC, il n’a pas une grande expérience européenne (et encore moins internationale). Mais sa puissance physique, sa vitesse et sa technique (qui rappelle Abou Diaby), peuvent être des armes pour contrer les petits gabarits ibériques. Si Blaise Matuidi a plus un côté défensif que le Toulousain, il pourrait aussi être précieux dans l’animation du jeu, grâce à sa vitesse et sa capacité à éliminer. Ces trois joueurs ont également une lourde frappe, ce qui n’est pas un handicap. Avantage : Cabaye, Matuidi.

Ailiers :
Postulants : Franck Ribéry, Jérémy Ménez, Mathieu Valbuena
Monter, descendre, remonter,… voilà le travail que devront fournir les ailiers lors de ce match contre la meilleure équipe du monde. Créer des décalages, frapper au but ou centrer d’un côté, couper les ailes des latéraux des champions du monde et d’Europe. Et à ce petit jeu, Franck Ribéry devrait sans problème débuter d’entrée. En grande forme avec le Bayern Munich, malgré la défaite contre le BATE Borisov en Ligue des champions (où il a marqué), le Kaiser est en pleine forme. Didier Deschamps ne devrait pas s’y tromper, l’ancien Marseillais est l’un de ceux qui peuvent poser de gros problèmes à Arbeloa and co. De l’autre côté, Jérémy Ménez part sûrement avec une longueur d’avance par rapport à Mathieu Valbuena. Son bon début de saison parle pour lui, mais l’Olympien peut se targuer d’un début en fanfare, auquel il est loin d’être étranger. La problématique réside dans l’aspect défensif : le Parisien redescendra t-il pour prêter main forte à ses camarades ? Un problème qui se pose certainement moins qu’avec Petit Vélo, qui ne rechigne jamais aux taches défensives. Le sélectionneur des Bleus devra faire son choix. Avantage : Ribéry, Ménez.

Attaquant :
Postulants : Karim Benzema, Olivier Giroud, Bafétimbi Gomis
Il aura un match bien compliqué. L’attaquant devrait toucher un nombre minimum de ballons. Mais ce faible devra être suffisant pour faire plier l’arrière-garde de Vicente Del Bosque. Karim Benzema, habitué des Clasicos depuis trois ans, et meilleur buteur des appelés, part avec plusieurs longueurs d’avance. D’autant qu’il retrouve le chemin des filets depuis deux semaines : des buts décisifs et qui sont beaux également, ce qui ne gâche rien à l’histoire. Mais le Madrilène décroche très (trop) souvent, ce qui libère le centre. Avec Olivier Giroud en pointe, la paire Ramos-Piqué (qui devrait de nouveau être aligné en l’absence de Puyol s'il est remis) aura toujours quelqu’un sur le dos. La taille du Gunner pourrait faire, et créer de bonnes situations… Qu’il faudra convertir en but, ce qui n’est pas le fort du co-meilleur buteur de la L1 l’an passé. Bafé Gomis, certes en réussite depuis le début de la saison, il sera difficile de jouer. La concurrence à son poste est rude, notamment quand Deschamps décide de jouer avec un seul attaquant. Mais le sens du but du Lyonnais pourrait bien faire mouche face à Casillas et consorts. Avantage : Benzema.

Par Rémi dos Santos

Découvrez Le 10 Sport de cette semaine en kiosques ou en ligne