Accès direct au contenu

Foot - Angleterre

Chelsea : Mourinho est-il jaloux de Manchester City ?

José Mourinho, Chelsea

Le manager de Chelsea José Mourinho poursuit son entreprise de déstabilisation vis-à-vis de Manchester City et a avoué son incompréhension quant à l’image positive des Citizens.

José Mourinho a bien des choses à dire sur Manchester City et profite de la tribune qui lui est offerte dans la presse anglaise pour régler ses comptes avec l’équipe de Manuel Pellegrini. À quelques heures de la 24e journée de Premier League entre Chelsea et Manchester City, le Special One s’en est cette fois pris à l’image des Skyblues, étonnamment bonne selon lui quand son Chelsea était détesté en 2004 à l’arrivée de Roman Abramovich et de ses millions.

« ON NOUS AVAIT ACCUSÉ D’ACHETER LE TITRE, NON ? »

« Je ne sais pas pourquoi ils sont si populaires alors que nous ne l’étions pas. Je ne sais pas pourquoi. À mon époque, on nous avait accusé d’acheter le titre, non ? Peut-être parce que notre propriétaire Roman Abramovich venait juste d’arriver dans le pays. Peut-être qu’aujourd’hui, les gens voient City différemment. Je ne sais pas si c’est parce que cela leur a pris six ans pour en arriver là alors que nous, nous avions commencer à gagner tout de suite. Et ça m’est égal. Je n’envie pas le fait qu’ils bénéficient de ce genre de protection, ou quel que soit le mot. C’est comme ça », a-t-il expliqué dans des propos relayés par le Daily Mirror.

« LES TEMPS CHANGENT »

« En général, les gens ont tendance à ne pas aimer les équipes qui ont du succès, non ? Financièrement, nous ne pouvons pas suivre. Avant, nous étions libres. Il n’y avait pas de fair-play financier. Si votre club était riche, que votre propriétaire était riche, il n’y avait aucune règle. La situation était ouverte. Mais les temps changent. Beaucoup de choses qui étaient mal perçues il y a 50 ans sont tout a fait normales aujourd’hui. Peut-être qu’il y a dix ans, un énorme investissement dans un club était quelque chose que les gens détestaient mais aujourd’hui, c’est quelque chose que les gens acceptent d’une manière différente. »

Articles liés