Tennis
Wimbledon : Retraite pour Benoît Paire ?

En grande difficulté depuis le début de l’année 2022, Benoit Paire n’arrive pas à se ressaisir. Le Français enchaine les défaites, et chute au classement ATP, lui qui figure actuellement à la 73ème place. Wimbledon n’y aura pas échappé, puisque le joueur de 33 ans s’est incliné dès le 1er tour, et pense désormais à mettre un terme à sa carrière, lui qui ne prend plus de plaisir en jouant au tennis.

Que cette année 2022 est dure pour Benoit Paire. Entre les mois de janvier et avril, le Français avait notamment traversé l’une des périodes les plus difficiles de sa carrière, puisqu’il avait enchainé 11 défaites consécutives, généralement contres des joueurs moins bien classé que lui. Soulagé d’avoir réussi à renouer avec la victoire face à Emil Ruusuvuori au 1er tour de l’ATP 250 de Genève, le joueur de 33 ans arrivait plein de bonne volonté à Roland-Garros, et avait donné rendez-vous au public pour mettre le feu au court. Malheureusement, son parcours s’est immédiatement arrêté, en s’inclinant face à Ilya Ivashka. Le natif d’Avignon ne voulait alors pas se laisser abattre, et avait Wimbledon en ligne de mire. Seulement, après une très courte préparation, qui se résume à une défaite face à Lorenzo Sonego à Stuttgart, Paire n’aura pas su se ressaisir en terres londoniennes. Le numéro 73 mondial était opposé à son compatriote Quentin Halys, qui l’a vaincu (6-4, 1-6, 2-6, 4-6) et affrontera donc Nikoloz Basilashvili en 32èmes de finale. Un moment plus que compliqué pour le principal concerné, qui commence même à évoquer la fin de sa carrière.

« Si ce n’est pas pour l’année prochaine, j’arrêterai »

Après son élimination, Benoit Paire a réagi à sa très mauvaise passe dans des propos rapportés par RMC Sport. Le Français a bien conscience d’être dans une période délicate, et avoue ne plus prendre autant de plaisir qu’avant lorsqu’il joue : « Sur le court, j’ai un dégout du tennis donc c’est dur mais c’est comme ça. C’est pour ça que mon autonomie était très courte, depuis Roland-Garros j’ai dû jouer 3h30 au tennis en tout. C’est pas beaucoup pour préparer un Grand Chelem, mais dès que je mettais les pieds sur un court j’avais envie de fuir, donc ça ne servait à rien d’y aller. J’ai préféré profiter de mes amis et de ma famille, me poser pas mal de questions donc c’est pour cela que j’ai pris des personnes pour m’entourer et pour essayer de trouver des solutions au fait que le tennis est le sport que j’aime le plus au monde et finalement en ce moment c’est celui que je déteste le plus. Donc il faut trouver ces solutions là et si ce n’est pas pour tout de suite alors ça sera pour l’année prochaine et puis si ce n’est pas pour l’année prochaine, j’arrêterai. J’ai des choses beaucoup plus intéressantes à faire à côté donc tout sera positif quoi qu’il arrive ». A Wimbledon, le joueur de 33 ans aurait aimé aller plus loin, lui qui serait venu même si son entourage lui conseillait l’inverse : « Je suis venu pour jouer une exhibition, sans points, où il y a beaucoup d’argent et de plus en plus si on gagne des matchs. Forcément je suis déçu pour ça puisque j’aurai aimé en gagner plus. (…) De toute façon pour une exhibition à 60 000€, je viens même si on me conseille de ne pas y aller. »

Articles liés