Accès direct au contenu

Rugby

Rugby - Top 14 : Ce constat accablant sur la nouvelle génération française !

Cédric Heymans, retraité du rugby depuis 2013, a livré une analyse pas très réjouissante de la nouvelle génération française.

Cette saison, le rugby français va perdre ses derniers vieux loups. Vincent Clerc, Frédéric Michalak, Aurélien Rougerie, Florian Fritz ou encore Jean-Baptiste Poux vont en effet raccrocher les crampons. Devenus des véritables symboles du rugby tricolore au fil des années, ils représentent l’ultime génération des amateurs français, qui n’ont connu le professionnalisme qu’une fois le haut niveau atteint. Bien loin de la génération actuelle, qui entre dans le dur beaucoup plus jeune.

« Je trouve que certaines valeurs ont disparu »

Pour Cédric Heymans, qui aussi représentant de cette « vieille garde », a dressé un bilan bien triste de la nouvelle génération française, en évoquant la retraite de Frédéric Michalak ou d’Aurélien Rougerie. « C’est une page qui se tourne, une génération complète qui sort du circuit. Ça va créer un gros vide. Ces gars-là sont des joueurs de ma génération qui ont tous connu le début du professionnalisme. Et c’est peut-être ce qui fait la différence avec les joueurs d’aujourd’hui » a expliqué l’ancien ailier international, dans les colonnes de L’Équipe. « Nous, on ne jouait pas au rugby pour les mêmes raisons. On y jouait parce que notre papa nous y avait amenés, parce que nos copains nous ont poussés à les y rejoindre, ou parce que le club du village ou de la ville qu’on suivait nous faisait rêver. On était des mecs passionnés, pas des mecs qui voyaient dans le rugby un moyen de s’enrichir. Je trouve que certaines valeurs ont disparu ».

Articles liés