Accès direct au contenu

Mercato - Real Madrid

Mercato - Real Madrid : Ferguson a empêché le transfert de Cristiano Ronaldo

Transféré au Real Madrid en 2009, Cristiano Ronaldo voulait déjà partir dès 2008. Une envie de départ tuée dans l’œuf par Sir Alex Ferguson.

La présentation de l’autobiographie de Sir Alex Ferguson fait beaucoup parler en Angleterre. Parmi toutes les révélations lâchées par le mythique coach mancunien, ce dernier est revenu sur les conditions du transfert record de Cristiano Ronaldo au Real Madrid en 2009. D’après l’Écossais, la star portugaise voulait déjà partir en 2008 mais s’est heurtée à un refus catégorique de son manager. La raison ? Un certain Ramon Calderon…

« JE PRÉFÈRE TE FLINGUER PLUTÔT QUE DE TE VENDRE À CE TYPE »

« Lorsque la possibilité d’aller au Real Madrid s’est présentée pour Cristiano, j’ai passé un gentleman agreement avec lui. Je suis allé au Portugal le voir et il m’a dit qu’il voulait absolument rejoindre le Real. Je lui ai dit : "Tu n’iras pas au Real cette année car Ramón Calderon n’a pas été correct au moment des négociations. Il a ignoré Manchester comme si tu n’avais pas de club. Tu n’iras pas au Real cette année car ils nous ont manqué de respect". Je savais qu’il voulait aller au Real Madrid, mais j’ai dit : "Je préfère te flinguer plutôt que de te vendre à ce type là maintenant. Si tu restes ici et que tu ne déconnes pas, tu partiras l’année prochaine et le Real offrira une somme record pour toi" », raconte l’ancien boss de MU.

« LE SEUL RESPONSABLE, C’ÉTAIT RAMON CALDERON »

S’il a bien fini par aller au Real l’année suivante, Ronaldo a dû attendre le retour aux affaires de Florentino Pérez à la place de Ramón Calderon. « J’ai bien fait de le calmer. Je lui expliquais les raisons pour lesquelles j’avais refusé de le voir partir au Real cette année là, le seul responsable était Calderon. Je lui ai dit : "Si je te vends maintenant, je perds mon honneur, je perdrais absolument tout, alors je m’en fiche si tu dois aller t’assoir en tribunes cette saison". Il y n’avait quasiment aucune chance d’en arriver à pareille situation mais je devais lui faire comprendre qu’il ne pouvait pas partir cette année là », a-t-il ajouté.

Articles liés