Accès direct au contenu

Foot - Mercato - Barcelone

Mercato - Barcelone : La justice brésilienne a tranché dans le dossier Neymar !

Neymar, Barcelone

La Cour de Justice brésilienne a condamné l’ex-président de Sao Paulo, Luis Alvaro de Oliveira, a verser des dommages et intérêts au père de Neymar, pour ses déclarations controversées concernant le transfert de la star auriverde au FC Barcelone.

« Le père de Neymar est un mercenaire, c’est un menteur qui a un très mauvais caractère. Une partie de l’argent du transfert sert à lui payer des orgies dans des hôtels à Londres. (…) Je l’ai croisé en ville, il était en voiture, il ne s’est même pas arrêté, il a accéléré. Je croyais que c’était mon ami », déclarait l’ancien président de Sao Paulo, Luis Alvaro de Oliveira. Des propos qui ont été condamnés par la justice brésilienne, comme l’a relayé le quotidien ibérique Sport.

L’EX-PRÉSIDENT DE SAO PAULO CONDAMNÉ

En effet, suite à la plainte de Neymar da Silva, le père de l’attaque du FC Barcelone, la Cour de Justice de Sao Paulo a décidé de condamner l’ex-dirigeant du club pauliste à des dommages et intérêts pour diffamations morales. Une somme de 6.500€ devrait ainsi être réglée par Luis Alvaro de Oliveira dans les prochains jours. Un nouvel épisode qui vient s’ajouter à la tourmente du transfert de Neymar à l’été 2013, qui avait soulevé de nombreuses interrogations concernant le financement de cette acquisition majeure. L’ancien président du FC Barcelone, Sandro Rosell, avait d’ailleurs dû démissionner de son poste…

« NOUS N’AVONS COMMIS AUCUN DÉLIT FISCAL »

« Nous avons fait signer Neymar la saison dernière avec une offre intérieure à d’autres clubs. En février dernier, nous avons participé à un exercice de transparence inédit dans le monde du football, en détaillant les coûts de cette opération. Je continue à dire que nous n’avons commis aucun délit fiscal dans cette affaire, même s’il existe une controverse que la justice va résoudre », assurait de son côté le FC Barcelone, par le biais de son président, Josep Maria Bartomeu.

Articles liés