Accès direct au contenu

Foot - Mercato - PSG

Mercato - PSG : Les 3 options qui pourraient s’offrir au PSG pour contourner le fair-play financier

Selon L’Equipe, le PSG va être sanctionné dans le cadre du fair-play financier. La masse salariale su club devrait notamment être encadrée, le recrutement limité. Que peut faire le PSG ?

Le PSG pourrait être, dans les jours à venir, lourdement sanctionné dans le cadre du fair-play financier. D’après L’Equipe, le PSG connaîtrait d’ailleurs déjà ses sanctions. Un accord définitif aurait été trouvé entre les deux parties, le PSG et l’Instance de Contrôle Financier des Clubs, l'ICFC, de l’UEFA. Le PSG aurait quatre sanctions : un encadrement de la masse salariale, un recrutement limité avec uniquement 60 millions d’euros à dépenser… sur un seul joueur, une amende de 60 millions d’euros sur trois ans et une obligation d’inscrire 21 joueurs en Ligue des Champions (au lieu de 25) dont 8 joueurs formés en France (dont 4 au club). Que peut faire le PSG devant cette situation ? Paris aura certainement à cœur de respecter les règles, surtout si un accord a déjà été trouvé entre le PSG et l’UEFA. Mais Paris a pourtant plusieurs de moyens de « se faire la belle », de contourner le fair-play financier. D'entrer en guerre contre l’UEFA en quelque sorte. C’est risqué… Et peu probable.

Fair-play financier : Pierre Ménès dézingue l’UEFA et défend le PSG !

LA VOIE JURIDIQUE

Un avocat belge, Jean-Louis Dupont, a déjà déposé plainte devant la Commission européenne concernant la légalité du fair-play financier. « C'est très simple de dire : il faut dépenser ce que vous gagnez. Le grand public va trouver cela formidable, mais pour expliquer pourquoi c'est faux, ça nécessite une analyse économique, juridique et politique. Ce système est inadéquat et, du coup, illégal au regard du droit européen », a-t-il expliqué dans Le Parisien. Jean-Louis Dupont avait été en pointe dans une autre affaire, l’affaire Bosman, au milieu des années 90, qui avait révolutionné le marché du football. Michel Platini, le président de l’UEFA, n’est d’ailleurs pas spécialement serein sur le sujet. « Nous n'avons aucune garantie. Les clubs nous attaqueront en justice s'ils le souhaitent et nous verrons bien », avait déclaré il y a quelques semaines le Français au Parisien. Le PSG osera-t-il avoir recours à la voie juridique ? Très peu probable.

S’APPUYER SUR D’AUTRES CLUBS…

L’une des quatre sanctions qui pourrait toucher le PSG serait un encadrement de la masse salariale du club. Dans ces conditions, il est très difficile de faire venir un grand joueur sans se séparer d’un gros salaire. Ou alors, Paris pourrait, mais c’est vraiment hypothétique, se faire prêter des joueurs par d’autres clubs qataris qui eux auraient recruté les joueursauparavant. Il n’y a pas vraiment de précédent. Ainsi, le PSG ne payerait pas le salaire du joueur. Ou seulement en partie. Du moins contractuellement. Et le PSG rentrerait « dans les clous » pour la masse salariale encadrée…

TROUVER DE NOUVEAUX SPONSORS JUTEUX…

Un contrat pose problème à l’UEFA, le contrat signé par le PSG avec l’agence du ministère du Tourisme du Qatar (QTA), un contrat à hauteur de 200M d’euros annuels. L’UEFA estime que le prix est totalement surévalué et pas en adéquation avec le marché. Bref, le contrat n’est plus valable. Le budget du PSG n’est donc plus à l’équilibre. C’est en tout cas l’analyse de l’UEFA. Paris peut très bien profiter de son implantation au Moyen Orient pour décrocher de nouveaux très gros sponsors, des nouveaux partenariats juteux. Des partenariats qui seront très difficiles à évaluer par l’UEFA… Le PSG pourrait, de nouveau, « jouer » avec l’instance européenne. Et entrer en conflit avec l’UEFA. Mais pour l’instant, Paris a, semble-t-il, choisi de « payer » et de ne pas faire trop de bruit…

Articles liés