Accès direct au contenu

Faux espoirs

PSG : Beckham, une escroquerie sur les maillots ?

L'arrivée de David Beckham au PSG est imminente. Elle devrait être officialisée dans les prochains jours. Un sacré coup marketing pour le PSG. Selon certains spécialistes, le Spice Boy ne pourrait pourtant pas rapporter autant que le club parisien l'espère...

Même à 36 ans, David Beckham est toujours une star planétaire. Tant sur les terrains qu’en-dehors. « Beckham est plus qu'un joueur de football, c'est une marque, une pop-star », constatait logiquement Leonardo, le directeur sportif parisien, début septembre dans un entretien accordé à la BBC. Le PSG, qui devrait officialiser son arrivée dans les prochains jours, ne s’y est pas trompé : au-delà du simple intérêt sportif, le Spice Boy est également une icône médiatique qui pourrait rapporter un sacré pactole. C’est simple, partout où il passe, Beckham fait vendre. Lors de ses deux piges au Milan AC, il a rapporté près de 20 millions d'euros. Aux Etats-Unis, les ventes du numéro 23 des Los Angeles Galaxy se chiffrent en millions. Au Real Madrid, entre 2003 et 2007, près d’un million de maillots floqués à son nom ont été vendus.

Beckham ne rapporterait que 1,5 millions d'euros

D’après le site internet anglais businessweek, repris par Sportune, Beckham ne sera pourtant pas rentable au PSG avec la vente de maillots, lui qui devrait toucher 800 000 euros bruts par mois. Selon les explications d'un dirigeant du cabinet spécialisé Sport+Markt AG, la future vente de maillots du milieu de terrain britannique ne devrait pas dépasser 1,5 millions d’euros. L’arrivée du Spice Boy pourrait certes booster les ventes, on parle de 50 000 à 100 000 maillots supplémentaires, mais on est bien loin des chiffres atteints dans ses clubs précédents. La faute, en partie, à son âge avancé. Mais l’arrivée de Beckham ne se conditionne pas qu’à la seule vente de maillots. Le Spice Boy pourrait également attirer de nouveaux sponsors, exporter la marque PSG à l’international, notamment sur le marché asiatique, ou encore faire augmenter le prix des places au Parc des Princes.

Articles liés